A bras ouvert (2017)

Que dire de plus sur ce film qui n’ai pas déjà été dit? Tellement conspué et défoncé par les critiques. Tout semble déjà avoir été dit dessus…
Et oui, malgré mes réticences, je suis allé voir ce film. Mon côté maso sûrement…
C’est mauvais mais ça vous le saviez déjà…

 

 

Par contre je trouve le film moins catastrophique que ce à quoi je m’attendais. il s’est tellement fait défoncer de toutes parts que je pensais voir un énorme étron du type des Visiteurs 3. Mais je peux dire sans hésiter que le film lui est bien supérieur. A titre de comparaison, je préfère amplement revoir ce film que de devoir m’imposer un revisionnage du RAID Dingue de Danny Boon.
Mais bon… A Bras Ouverts reste très faible, peu drôle et maladroit.
La réalisation n’est pas mauvaise non…Elle est juste inexistante, anecdotique, dotée d’un intérêt proche du néant. Dès le générique de début, l’on se sent devant une formidable production de TF1 telle que Joséphine, Ange Gardien ou Camping Paradis… Bref, c’est insipide, très paresseux visuellement…
Une énième comédie française à gros budget dont le gros de ce budget part dans les cachets des acteurs… Car clairement, l’argent ne se voit pas à l’écran.

 

Puis quand je repense à Ary Abittan qui durant la promo du film remerciait l’équipe du film pour lui avoir donné un rôle de composition si dense qui fait honneur aux Roms…Ben je ne sais pas si je dois pleurer ou foncer chez lui pour lui mettre des baffes. Déjà que je trouvais cet acteur mauvais, pas drôle du tout et toujours dans le surjeu mais là on frise le top du top du néant de l’acting. J’en peux plus de ce mec…
De toutes les façons, chaque acteur cabotine ou semble ne pas piger ce qu’il fait là. La faiblesse de l’écriture et de la mise en scène n’aident pas à donner un peu de relief aux protagonistes. Loin de là.
Le trait est énormément grossi, les clichés sont de sortie à la truelle et la lourdeur semble de mise.
C’est consternant de paresse et de facilités. A croire que la moindre chose faisant preuve d’un peu d’inattendu suffit à faire rire.
Et ça marche! C’est dingue!

 

La salle autour de moi riait, souvent même!
Mon compagnon de séance et d’infortune et moi nous regardions souvent; l’air perdus; dans l’incompréhension totale.

 

Et le comble était que lorsque lui et moi furent surpris par de petits rires impromptus; le reste de la salle restait de marbre…
Oh non, ce film n’est pas pour moi. Je ne suis pas la cible visiblement.
Je ne veux pas faire dans l’élitisme ou le snobisme mais il m’a semblé que ce film s ‘adressait à un public made in TF1 de retraités pataugeant dans les clichés et les émissions débiles à longueur de journée…

 

Comment peut-on parler de réhabilitation de la communauté Rom avec ce film? Non mais franchement quoi! Ils sont représentés comme des laiderons dont le corps est limite plus en putréfaction que ceux des zombies de Walking Dead (sauf pour la fille du héros, qui semble étrangement, et aussi à des fins scénaristiques, complètement épargnée par le syndrome du pauvre crasseux et repoussant). Et je ne parle même pas de leur morale très limite!
Alors ça oui, ils ont le cœur sur la main et tout et tout… Mais la morale du « ils ont rien et nous donnent tout » ne fonctionne pas avec ces gens là.
Car comment réussir à trouver sympathique un personnage dont on veut se servir pour mettre à mal des clichés quand il s’avère être éminemment misogyne, violent et rétrograde?
Car oui, le Rom est sale, moche, pauvre, mange des nuisibles morts mais est aussi moralement puant.

 

Si le traitement des Roms ne s’arrêtait que là, cela irait encore. Puisqu’on peut se dire que le film exploite des clichés à outrance à la truelle en n’épargnant aucune catégorie de français. Donc, ça va, ça passe quoi. C’est juste lourd et pas drôle du tout.
On pardonne puisque l’on se moque aussi de l’extrémisme de droite, des bobos gauchistes, des riches engagés, des artistes, du français moyen, etc, etc…

 

Soit, pour moi ça passait, car j’ai l’humour facile (même si dans ce film il y en a très peu) et que j’accepte la maladresse des propos. Mais jusqu’à un certain point!
Là, où le film m’a réellement mis mal à l’aise, pas du tout amusé et où je ne le pardonne pas; c’est rapport au traitement de l’handicap. Et notamment mental. Le frère du chef de famille Rom est constamment maltraité et montré comme un monstre de foire juste parce qu’il est atteint d’une sorte de « débilité cinématographique exacerbée ».
Le voir se faire frapper à tout bout de champ parce qu’il est déficient et le voir bouffer des taupes crues ça m’a totalement consterné. Mais quelle image on donne des gens déficients??? Puis, bien évidemment, paresse scénaristique et bêtise humaine du scénariste/réalisateur oblige, il n’y a aucun aboutissement moral à la fin du film autour du traitement de ce personnage. C’est juste gratuit et pour tenter vainement de faire rire…Affligeant.

 

Quel malaise j’ai pu ressentir à plusieurs reprises! Étrange pour un film comique non?
S’il y a quelque chose à sauver ce serait Clavier, qui certes, cabotine à outrance, mais est toujours bon dans son personnage qu’il campe invariablement à chaque film désormais de vieux riche soi disant ouvert d’esprit mais consternant d’égoïsme et d’hypocrisie.
Il faut dire que j’adore Clavier. Et que je trouve dommage qu’il ait fait des choix de carrière étranges ces dernières années. Dès l’enfance je lui trouvai une certaine magie qui opère sur moi. Il suffit que je voie ces mimiques pour qu’il me fasse rire. Il n’a même pas besoin de parler, juste son visage défait et je suis aux anges. On ne peut lui nier un certain génie comique, un certain rythme comique qui l’habite. Un génie plus ou moins heureux selon les films, j’en conviens…
Mais c’est à son personnage que je dois les quelques rires et sourires que j’ai pu avoir ici et là devant ce téléfilm à gros budget.

 

Ce sont ses répliques de gaucho caviar cliché qui ont fait mouche sur moi, du genre « je n’me suis plus amusé comme ça depuis 88, la réélection de Mittérand ». C’est juste con et c’est parfaitement le personnage.
Mais c’est tout. C’est bien peu. La consternation devant la globalité de ce méfait a pris le pas sur tout.

 

Avec une fin totalement débile et à la morale pathétique qui déconstruit tout le travail fait sur l’acceptation de la sympathique famille Rom de Babik; ce film finit en vaste fumisterie. La grosse blague du film s’avérant finalement être son prix ainsi que ses ambitions affichées et assumées.
Allez, bon vent film de merde et va ouvrir tes bras loin de moi!

 

Ma note: 3/10.

2 réflexions au sujet de « A bras ouvert (2017) »

Laisser un commentaire