A cure for life (2017)

Fiche Technique du film
Date de sortie 15 février 2017 (2h 27min)
De Gore Verbinski
Avec Dane DeHaanJason IsaacsMia Goth plus 
Genres ThrillerFantastique
Nationalités AméricainAllemand


Quelle déception! Mais quelle déception les amis!
Je vous renvoie à mes attentes pour l’année 2017, article dans lequel on pouvait voir que j’attendais avec assez d’impatience ce A Cure for Life.  La bande annonce promettait un thriller psychologique aux images ultra léchées. Un film qui faisait songer à Shutter Island.
C’est donc avec un grand sourire que je me suis engouffré dans une salle de cinéma trépignant au démarrage du long métrage.
Et bien ma joie a diminué comme peau de chagrin au fil des minutes.


A Cure for Life nous raconte comment un jeune trader ambitieux (interprété par Dane DeHaan) est envoyé en Suisse récupérer son patron parti dans une sorte de cure thermale pour le bien-ètre qui semble ne plus vouloir revenir aux States. Arrivé là-bas, les évènements étranges vont s’enchainer et l’on finira par comprendre pourquoi toute personne se rendant à cette cure ne souhaite plus jamais en repartir.
Le film démarre plutôt bien. Avec des plans aux images ultra léchées et un discours sur l’ambition des hommes qui les poussent à dénigrer leur santé. On se dit que l’on est devant un film ambitieux à la fois artistiquement ainsi que par son message. Une leçon sur l’arrogance humaine à travers les effets visibles sur le corps de l’homme alors que le mental humain semble s’évertuer à croire que tout va bien. Le film est sombre dès le départ, avec un discours ô combien négatif. Malgré l’étrange pitch de départ d’envoyer un employé lambda récupérer son PDG en Suisse (ok, il a fait des malversations méritant un licenciement mais est-ce pour ça que pour se racheter il doive aller en Suisse persuader un big boss de revenir? Etrange...). M’enfin passons.


La première partie du film passe encore assez bien. Alternant le thriller psychologique et les scènes angoissantes jouant subtilement avec les codes du film d’horreur; il est sur le plan visuel impeccable. Ce que laissait augurer la bande-annonce se dévoile sous nos yeux. Cadrages, plans et mise en scène au poil de uc! Effectivement, l’oeuvre nous sort ses plus beaux apparats et la technique y est irréprochable. Que de belles images! Entre les magnifiques décors naturels des Alpes Suisses et les décors de « l’hôpital »  donnant une constante impression de malaise; Gore Verbinski (le réalisateur du film) nous prouve ici qu’il sait se servir d’une caméra et aussi nous immerger dans une ambiance voulue.
On se dit alors que le film va s’avérer grandiose et brassant amplement dans des réflexions philosophiques sur la condition humaine. Tout est fait pour nous intriguer, nous perdre, nous déstabiliser et nous faire frissonner.


Puis les scènes s’enchainent, les minutes s’accumulent et plus on avance dans cette histoire plus on se sent floué. Jusqu’au dernier plan du film qui m’a laissé un beau goût amer en bouche. Quelle impression j’ai eu en sortant de la salle qu’on s’était foutu de ma gueule!
Soyons clairs, sur le plan technique, je n’ai pas grand chose à reprocher au film. Verbinski est talentueux et les images sont de qualité. Les tics de films d’horreur sont utilisés à bon escient, les cadrages millimétrés sont pile ce qu’il faut pour insuffler une angoisse et maintenir une bonne dose de tension.


Le gros problème du film est son scénario. Mais putain que c’est convenu et prévisible! Dès qu’on nous parle au début du film du passé du lieu avec le baron qui voulait la jeunesse éternelle et tout le toutim on sait déjà comment la suite va se dérouler. Et le pire, c’est que l’on est jamais surpris! Tout ce qu’on se dit qu’il va arriver finit par arriver! Puis dès le départ, la caméra s’attarde tellement sur un élément important du film et les personnages en parlent tellement que l’on sait direct que le problème vient de ce putain d ‘élément! C’est évident!
Et je ne parle même pas de l’introduction des nouveaux personnages dont on devine tout de suite les intentions. Je ne veux pas trop spoiler mais on sait direct ce que le scénariste souhaite faire du personnage qui apparait dans le bar par exemple. Dès que notre héros va le retrouver on devine déjà comment il va agir. Aucune surprise! 
Alors si pour certains ce côté grosse série B horrifique est un hommage aux vieux films du genre ce qui fait que l’on accepte le côté hyper gros du film; pour moi ça ne marche pas. C’est juste de la paresse intellectuelle.


Puis merde, plus on avance vers la fin du film et plus le mystère autour du méchant et de la jeune fille est dévoilé, plus on se dit que l’histoire ne tient pas la route. C’est complètement con! Cela n’a aucun sens je trouve. C’est d’un grotesque et d’un non sens à n’y rien comprendre au final. Ceux qui ont vu le film, réfléchissez aux actions de l’antagoniste et vous verrez qu’il y avait bien plus facilement moyen qu’il arrive à ses fins. Ou même, le mec tourne en rond et se casse la tête pour de la connerie! Bref…C’est nul. On y comprend rien avec ces histoires d’anguilles/limaces. Le tout n’est pas assez clarifié. C’est survolé.
Le dernier tiers du film sombre dans le grotesque total, le what the fuck tellement sorti de nulle part que l’on arrive pas à s’inquiéter pour le héros…
Je suis déçu mais déçu…
Puis le film se permet des coupes dans l’histoire honteuses! Du genre comment le héros passe du cabinet de dentiste à la limousine taxi??? C’est quoi cette coupe narrative? De la pure fainéantise de la part des scénaristes derrière tout ça. Puis de toute façon cette scène chez le dentiste est tellement inutile pour l’histoire. Elle sert juste à justifier une incursion d’horreur. Comme la scène de la vache quoi. Non mais c’est n’importe quoi! Encore une scène présente uniquement dans le but d’apporter de l’horreur. Non mais le mec est vraiment vétérinaire? Où il a vu qu’on abrège les souffrances d’une vache comme ça? Ri-di-cule!


Et que dire de toutes les pistes scénaristiques du film pas exploitées? Tout le merdier avec la mère du héros décédée au début du film ça sert à quoi? Toutes ces scènes qui n’apportent rien? La psyché du personnage par rapport à ce deuil n’évolue pas. On en parle même plus au bout d’un moment. Pareil pour tous les flash-backs liés au traumatisme avec son père. Tant de scènes là dessus pour quoi? On ne sait même pas dans quel état émotionnel est le personnage à la fin du film par rapport à tout ça. A-t-il évolué là dessus? A-t-il surmonté ses blocages mentaux à ce sujet?
Honnêtement le plan final sonne comme un gros fuck à la gueule des spectateurs. Foutage de gueule ultime pour une histoire qui se mord la queue.


Ce film qui pouvait sembler intéressant s’avère une grosse farce boursouflée de conneries, de non-sens et gratinée d’une histoire bien trop prétentieuse qui se perd dans toutes ses ficelles développées. Une réalisation impeccable ne sauvera pas l’objet d’un malaise évident face à un scénario bancal et faussement intellectuel.
Deg.

Ma note: 3,5/10.

2 réflexions au sujet de « A cure for life (2017) »

  1. Je partage totalement ton avis sur le film. J’ai eu l’impression de n’avoir aucune surprise, comme si je connaissais déjà tout le scénario. La conclusion je l’avais déjà deviné depuis longtemps. Dommage.

Laisser un commentaire