ALIEN COVENANT (2017)

Catastrophe! Mais comment Ridley Scott peut-il autant saccager la saga culte qu’il a initié? Pourquoi continue -t-on de lui laisser les commandes?


Si la qualité des 4 premiers Aliens pouvait être aléatoire selon les attentes des spectateurs, force est de constater que chacun de ces films avait sa propre identité et permettait à chacun des réalisateurs chevronnés travaillant dessus d’y apposer leur style. C’était très cool!
Là, on a Ridley qui ne veut plus lâcher son joujou et nous emmerde avec ses délires religieux et créationnistes d’un papy qui a grave peur de la mort et qui se pose beaucoup de questions depuis que son estimé frangin (le réalisateur Tony Scott) est mort…Oh bordel, ce qu’on s’en fout! Et ce que c’est con surtout!


 
Bref, Alien Covenant reprend 10 ans après la fin de Prometheus (qui est une préquelle au premier film Alien et donc à ce film ci, qui se passe après Prometheus mais aussi avant Alien 1. Covenant est donc une séquelle du film précédent et une préquelle à la saga Alien…Vous me suivez toujours???) et l’on y suit le vaisseau de colonisation Covenant en route pour coloniser une obscure planète. Avec à son bord un équipage très con plus des colons en état de cryogénie et des foetus (je crois) chargés de s’implanter sur une lointaine planète viable repérée depuis le Terre. Bon, il se passe un mic-mac imprévisible de l’espace, un membre de l’équipage sort réparer un bin’s du vaisseau et là capte un « message » de secours (une ombre de femme dont on ne comprend rien à ce qu’elle dit mais bon; pour eux c’est un SOS). Il n’en faut pas plus au vaillant équipage pour se décider à changer de cap pour sauver cette nana d’autant plus qu’il semblerait que la planète d’où vient le SOS soit habitable pour l’homme donc colonisable. Voilà… Et bien sûr arrivé sur cette planète ils vont tomber sur des xénomorphes (les bébêtes d’ Alien quoi) pas contents et sur David,  l’androïde rescapé du film Prometheus…
La suite on la connait, va falloir survivre dans un slasher gore et oppressant…bla, bla, bla…


Ben ce film est d’un laborieux! Je ne dirai pas qu’il est aussi moisi que Prometheus mais pas loin quoi…


Niveau technique et réalisation, rien à redire. Le tout est très bien filmé, la photographie est au top, les décors sont renversants et la musique est bonne. Elle retranscrit bien l’ambiance des images et s’avère supérieure à celle de Prometheus. Ridley sait filmer, ça on le savait, et il le montre une nouvelle fois pour ce film. A ce niveau là, Alien Covenant est un pur régal, supérieur en tous points à Prometheus qui à ce niveau aussi se défendait pas mal.


Le film nous gratifie aussi de quelques scènes magistrales à la mise en scène léchée et à la puissance évocatrice flagrante. Je pense notamment à la scène de l’arrivée de David sur la planète des Ingénieurs (vous savez, les grands humanoïdes blancs de Prometheus) ou encore à celle de la naissance d’un xénomorphe devant David évoquant forcément un rapport biblique et paternaliste évident.


Voilà; dans ce film il y a plein de bonnes choses comme vous pouvez le lire et si vous voulez en avoir plein les mirettes sachez que vous allez être comblés. Par contre, pour tout le reste…
Là où le bât blesse à nouveau c’est au niveau de l’écriture…Du scénario…Des personnages…Ce que c’est blasant de constater que là encore rien ne va…
On dirait que Monsieur Scott a entendu les critiques faits à son Prometheus et a cherché à les effacer pour cette suite.


Mais il a fait cela d’une manière tellement maladroite que cela ne peut pas être satisfaisant.
Les personnages étaient accusés d’être trop idiots alors qu’on les présentait comme des scientifiques chevronnés et habitués à ce qu’ils allaient vivre (on se souvient du géologue complètement con qui se perd dans une grotte qu’il venait de cartographier –‘); qu’à cela ne tienne, on ne va pas du tout caractériser les personnages!


Non mais sérieusement, à part l’héroïne et un ou deux autres membres de l’équipage, pour tous les autres protagonistes on ne sait rien. Ils sont à peine présentés en une phrase et l’on se fiche complètement d’eux. Ils sont juste de la chair à canon pour l’Alien. Du coup, ben quand ils crèvent on s’en bat les steacks mais d’une force! Faut juste faire du nombre pour qu’il y ait plein de morts quoi!
C’est naze… Et cela va tellement loin dans la non-présentation de l’équipage que j’ai eu du mal à capter que tous ses membres étaient en couple. Je crois même qu’il y a un couple gay et encore je n’en suis pas sûr, j’ai cru entendre une vague phrase lâchée par le mec mexicain quand son mec vient d’être buté, enfin, je crois… Façon ils passent tellement vite à autre chose pour la plupart qu’on se dit que l’amour ne devait pas vraiment être dans l’air…


Sauf pour notre héroïne dont on apprend au bout de 2 minutes de film que son conjoint est mort, on la voit toute bouleversée, et tout et tout mais on ne peut s’empêcher de se dire que tout cela ne rime à rien. Mais oui bordel, quel intérêt de s’attarder sur son deuil et sur la mort de son mec si cela n’apporte rien du tout au scénario!!! Mais merde quoi! Si son mec n’avait pas été évoqué de tout le film cela n’aurait rien changé. Putain mais merde quoi! Osef! Tout comme ce délire religieux qui était déjà présent dans Prometheus mais qui ici se retrouve encore plus présent. Apparemment, on ne peut pas être capitaine d’un vaisseau spatial quand on a la foi. Notre équipage ne nous fait pas confiance. Euuuhhhhh ok… Tout ce fatras religieux insipide autour du personnage du capitaine j’vous jure –‘
Alors oui il y a de la réflexion autour du créationnisme, des origines de l’homme, de la place de l’homme dans l’univers et quelques moments cool avec David l’androïde qui se questionne sur le rapport entre l’homme et le divin. Si l’homme a créé la machine est-il le dieu des machines? Et mérite t-il sa place dans l’univers? La machine est supérieure en tous points à l’homme alors est-elle vouée à détruire son créateur comme l’homme cherche à le faire avec dieu?


Tant de pistes scénaristiques qui pourraient être passionnantes à suivre si le tout était bien géré, bien amené! Mais ce n’est clairement pas le cas dans ce film.
Ah puis n’oublions pas les critiques autour de Prometheus qui ne faisait pas peur et n’était pas très horrifique. Et bien nous voilà récompensés avec des enchainements inutiles de meurtres crades et emplis d’hémoglobine.
Ah ça, y’en a maintenant!
Ce qui justifie la profusion de personnages inconnus…
Mais tout ça n’a tellement aucun impact que cela se regarde sans implication. Hormis le fait de nous gratifier d’un ou deux jolis plans, ces scènes ne nous intéressent pas au film.


Puis que le scénario est idiot! C’est le genre de film où après être sorti de la séance, si l’on s’attarde trop à réfléchir à certains points du scénario, on finit vite par se rendre compte que ça n’a aucun sens. Que les réactions des personnages n’ont aucune logique. Que certaines scènes n’ont été filmées que pour les belles images et tant pis si cela contredit ce que l’on a vu plus tôt (pour ceux qui ont vu le film, essayez de comprendre comment le vaisseau de David a pu se crasher aussi loin de la nécropole alors qu’il arrive sans encombres au-dessus et aurait pu atterrir sur place nickel après ses exactions…what the… Ou encore comment Shaw qui est une archéologue a pu réparer David et pourquoi l’aurait-elle fait alors qu’à la fin de Prometheus elle sait qu’il a sciemment contaminé son petit ami!!!! Oh bordel de c…!!!!)
Ce que c’est exaspérant…


Pour ce qui est des acteurs, on ne peut malheureusement pas trop les juger pour ce genre de film. Ils sont plutôt réputés être de bons acteurs et font ce qu’ils peuvent dans cette histoire rocambolesque. Mention spéciale à Michael Fassbender qui s’en sort le mieux dans son personnage d’androïde mystérieux. Il faut dire qu’il est le personnage le mieux écrit, le mieux développé et celui qui a les meilleurs dialogues. Il arrive a être plus effrayant que les Aliens dans le film et ça c’est cool. Ou pas…Car cela signifie que nos amis xénomorphes n’arrivent pas vraiment à être angoissants dans ce film…
Le comble étant que ce qui était annoncé à la fin de Prometheus et qui m’excitait le plus pour la suite était que l’on allait enfin découvrir la planète des Ingénieurs. Comprendre le pourquoi du comment. Découvrir leur société, leur culture…Mwouhahaha, Ridley Scott m’a balancé un grand doigt d’honneur en pleine tronche concernant mes attentes!
Pourtant justifiées vu la fin du précédent film…
Mais bon, il semblerait que le mec ait cédé aux sirènes du showbiz en excluant à la fin de ce film tout lien divergeant de la sacro sainte saga Alien pour n’annoncer que des suites tournant uniquement autour des xénomorphes qui perdent malheureusement de leur superbe film après film…


Amer constat d’une saga qui tombe en désuétude après chaque nouvelle itération. Enième désagréable sensation que l’on bafoue ce qui me faisait tant rêver étant enfant…


Ma note: 4,5/10.

4 réflexions au sujet de « ALIEN COVENANT (2017) »

Laisser un commentaire