Better Call Saul (Depuis 2015)

Série préquelle à la mémorable Breaking Bad; Better Call Saul nous raconte comment l’avocat moyen Jimmy McGill est devenu le sémillant, irritant et déjanté Saul Goodman que l’on rencontre dans la série breaking Bad.

Personnage haut en couleur qui a tellement marqué les esprits durant la série mère qu’il se voit récompensé d’un spin-off sur Netflix.

Alors déjà on peut dire que cette série ne relève pas de l’opportunisme lucratif en surfant sur le succès fou de Breaking Bad pour exister. Cette série développe un scénario très travaillé et n’est pas du tout prise à la légère. Elle peut se regarder sans connaitre Breaking Bad même s’il y a des références avec la présence de personnages aperçus dans la série citée précédemment. La série peut exister seule. Et elle est assez intéressante pour se désolidariser de l’aura qu’à la série de base.

Plus comique aussi que Breaking bad (normal lorsqu’on a comme personnage central un beau parleur en roue libre comme Saul Goodman), Better Call Saul est à n’en point douter un bon moment de télévision et une très bonne série.

Les scénaristes ne se fichent pas du tout de nous et on retrouve un déroulement de l’intrigue très intelligent, malin et réfléchi comme dans Breaking Bad. Il y a de forts moments de tensions et de suspens durant lesquels la série semble en apnée. Tout peut arriver. Et l’on ressort conquis de certains moments très bien filmés et mis en scène.

La drôlerie du personnage central est contrebalancée par l’histoire plus sombre et sérieuse de Mike (second personnage issu de Breaking Bad que l’on suit dans cette série au point que dès la saison 2 la série semble suivre les aventures de deux personnages et non plus un seul). Là aussi l’interprète de Mike Ehrmantraut est toujours aussi bon. Autant désabusé et froid que dans Breaking Bad. Ces moments dans la série sont géniaux. Et on adore voir son cheminement. Peut-être même plus que celui de Saul Goodman.

Mais, attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit, l’histoire du protagoniste principal est aussi très prenante.

Allant de twists en twists, la vie de ce pauvre Saul est bien mouvementée.

Tous les acteurs jouent bien. Et l’écriture aide indubitablement à les apprécier et à s’immerger dans leurs problèmes. Entre le frère du héros qu’on adore détester mais qu’on peut aussi comprendre ou l’amie avocate du héros qui se retrouve souvent bien malgré elle dans une belle panade; chaque personnage est bien écrit et apporte son utilité à l’histoire.

Certains plans sont aussi assez révélateurs du soin apporté à cette série. Cela peut paraître anodin mais cela donne une identité au show et un cachet qui lui sont propres.

Je n’ai pas grand chose à dire de plus sur cette série si ce n’est qu’elle doit surtout beaucoup à son interprète principal, Bob Odenkirk, qui est à n’en point douter un grand grand acteur. Chaque fois qu’il apparaît à l’écran (que ce soit dans la série Fargo ou autre) sa force comique est indéniable. Il est un excellent interprète qui voit là son talent récompensé avec cette série qui lui permet de montrer à quel point il est bon. C’est lui qui tient la baraque, c’est clair.

Better Call Saul est donc une bonne série. Un poids lourd de Netflix qui fait preuve d’une écriture maligne et soignée avec des moments de rires et de tensions assez ingénieux.

Certes, elle s’avère inférieure à Breaking Bad (on ne lui en demandait pas tant de toute façon) certainement du fait de son propos moins fort mais elle reste un excellent divertissement travaillé avec sérieux.

Ma note: 8,5/10.

17 réflexions au sujet de « Better Call Saul (Depuis 2015) »

  1. Pas encore vu, mais Saul me faisait toujours de l’effet quand il arrivait dans Breaking Bad ! Ses costumes horribles aussi… Je dois absolument me mettre à jour niveau séries !! 😀

          1. Excellent ! Bon, Dare Devil n’était pas la meilleur adaptation en film !

            Allez, je vais engraisser mes Disques Durs avant que tu ne me parles de mes Durillons Déplorables ! 😆

Laisser un commentaire