Dunkerque (2017)

Le voilà, le nouveau film de Christopher Nolan! Le réalisateur le plus acclamé de cette dernière décennie (trop peut-être?)!
Et il revient pour un film de guerre! Plutôt étonnant lorsque l’on connait les thèmes de prédilection du monsieur.

Et après avoir vu le film on peut dire que ce Dunkerque; qui raconte la débandade des soldats anglais en mai 1940 qui cherchent à retourner coûte que coûte en Angleterre alors qu’ils sont encerclés autour de la plage dunkerquoise par les allemands; est par certains aspects totalement un film de Nolan et par d’autres pas du tout.

 

Pourquoi c’est pas un Nolan?

 

Déjà parce qu’il est très court. 
Genre 1H 40 par là alors que les films du monsieur s’étirent en longueur.
Aussi car il est très peu bavard.
Très peu de dialogues et d’explications dans ce film. Alors qu’habituellement Nolan aime nous abreuver de discours.

 

Ici, le silence (relatif parce que la BO est tonitruante) sert le scénario et l’intensité des scènes. Cette absence de dialogues nous plonge dans l’atmosphère oppressante et étouffante vécue par les soldats.

 

Le fait qu’ils parlent très peu et que l’on ne sache pas grand chose d’eux (sérieusement qui se souvient de plus de deux noms de personnages issus de ce film?) appuie le côté « soldat inconnu » des protagonistes. On s’identifie plus facilement à leur misère. On a face à nous un individu lambda pris dans cet immense merdier. L’identification n’en est que plus réussie.
Choix brillant. D’autant plus que l’absence de dialogues fait partie intégrante de la storyline d’un des personnages. Mais je n’en dirai pas plus pour vous garder la surprise.
Parce que la fin est décevante.
Pas de twist ou de cliffhanger marquant. Pas de scène mémorable. Juste une fin abrupte qui finit un peu en queue de poisson après tant de moments épiques.

 

Pourquoi c’est clairement un film de Nolan?
Parce que Hans Zimmer. 

 

On reconnait directement sa partition tonitruante et anxiogène. Le tout mené par un « tic-tac » évoquant à la fois l’empressement des troupes et le fait que le temps leur est compté. Cela évoque aussi le déroulement du film qui n’est pas linéaire. Bref, comme toujours avec les films de Nolan, Zimmer nous livre une prestation de qualité qui sert le film et ses scènes de tensions hallucinantes. Certains se plaindront qu’elles sont trop présentes et étouffantes. C’est peut-être voulu.
Parce que Nolan joue avec le temps.

 

Lui qui adore étirer, manipuler et nous perdre dans les méandres de la temporalité durant ses films recommence avec ce Dunkerque. Annoncé dès les premières minutes avec la présentation des 3 histoires que l’on va suivre se déroulant à peu de choses près au même endroit, ce jeu de la temporalité va rythmer tout le film.
Nolan va de plus en plus compresser le temps à travers un montage de plus en plus serré allant d’une histoire à une autre. Plus le film est intense et stressant, plus le rythme des transitions d’une scène à une autre va s’accélérer aussi. Nous étouffant et nous maintenant littéralement en tension tout du long.

 

par contre j’ai trouvé que ce maintien volontaire de suspens et d’angoisse était parfois fait au détriment de l’oeuvre. Le montage est parfois redondant. Revenir sur certaines histoires pour juste un plan de 3 secondes et enchaîner ensuite les plans de quelques secondes sans cesse finit par devenir inutile et pénible. A certains moments j’ai vraiment pensé que l’action n’avançait pas tant Nolan rebondissait d’un protagoniste à l’autre.
Parce que le casting est très « Nolanien ».
Parce que la direction d’acteur est au top.
Et parce que la mise en scène est travaillée et réfléchie dans chacun de ses détails.

 

 
Dunkerque est globalement un bon film de guerre. Filmé en prises de vues réelles à Dunkerque, il nous offre de superbes images. Les plans serrés sur les acteurs contribuent encore plus à nous immerger dans cette sale guerre et dans leur détresse. La panique et la peur des soldats sont parfaitement bien retranscrites.

 

Ce film est bon, parfaitement réalisé et promet des scènes de tensions très prenantes.
Malheureusement, il n’arrive pas (selon moi) à égaler les plus grands films du genre. On est loin d’un Apocalypse Now, d’un Pont de la Rivière Kwaï, d’un Full Metal Jacket, d’un Platoon, d’un Jour le Plus Long  ou encore d’un Soldat Ryan. Il y manque quelque chose pour qu’il égale ces monuments.

 

Je trouve par exemple que le personnage de Cillian Murphy n’apporte pas grand chose à l’histoire. Sa storyline n’est pas très intéressante et l’on ne sait pas comment il finit par se retrouver sur le bateau du vieil homme. Il passe d’une barque retournant sur la plage à ça sans trop d’explication. Puis le reste de ce qu’il fait sur le bateau de ses « sauveteurs » ne sert à rien dans le déroulement des événements.
personnage inutile à l’histoire selon moi. Puis la fin est décevante je trouve. On dirait que Nolan ne savait pas à quel moment achever son film.
Un très bon film de guerre mais pas dans les meilleurs je trouve.
Un très bon film aussi mais pas un des meilleurs de Nolan je dirais.
Je le classerai plutôt en bas de tableau à côté des Insomnia, Le Suiveur et Batman the Dark Knight Rises.

 

Et concernant la polémique autour du mauvais traitement de l’image des soldats français et sur le fait que c’est scandaleux car ils sont snobés…euuhhhh….on a vu le même film? Vous avez compris le pitch du film?

 

Mais bon, allez le voir sans trop de doutes car c’est un film solide et très bien réalisé. Un périple marquant, ça c’est clair.

 

Ma note:8/10.

6 réflexions au sujet de « Dunkerque (2017) »

    1. Et ben! Moi je n’ai pas eu ce ressenti, le film m’a moins perturbé que toi visiblement. Mais tant mieux si tu as ressenti ça, c’est très bien pour le devoir de mémoire comme tu dis. Et pour la magie du cinéma 😉

Laisser un commentaire