ELLE (2016)

Oh que c’est bon de voir un si bon film! Que c’est encore plus plaisant de savoir qu’il a été réalisé par Paul Verhoeven qui est depuis un paquet d’années maintenant traîné dans la boue par Hollywood!


J’ai vécu le succès de ce film comme une formidable vengeance pour le réalisateur de RoboCop, Total Recall ou encore Starship Troopers qui est injustement considéré comme un ringard et un faiseur de nanars par les studios Hollywoodiens depuis que ses derniers films ont été des bides. Les studios se sont acharnés à remaker ces films dernièrement en insistant bien sur le fait qu’ils seraient moins « kitschs ». Quel manque de respect pour un réalisateur qui leur a rapporté tant d’argent à sa grande époque! Puis surtout que ses films ne sont pas du tout des navets! Il ne faut pas sortir de Saint Cyr pour déceler les messages cyniques de ses films et comprendre qu’ils sont des brûlots anti-capitalistes et anti-militaristes. Et surtout pour voir que ce côté « kitsch » est voulu et assumé!


Enfin bref, je ne suis pas là pour réhabiliter le réalisateur, qui n’en a d’ailleurs largement plus besoin maintenant, mais bien pour vous parler de son dernier long métrage « Elle » porté par la délicieuse et magistrale Isabelle Huppert.
Huppert incarne Michèle, une femme forte à la tête d’une entreprise de jeux vidéo qui va se faire agresser et violer par un individu masqué chez elle. Continuant de mener sa vie d’une main de fer après cet événement; elle va entreprendre de traquer son mystérieux agresseur et un étrange jeu s’installe alors entre eux.


C’est sûr que ce n’est pas un pitch de film très attrayant mais bon sang que ce film est géant!
Forcément, le gros point fort du film est l’interprétation sans failles et toute en subtilités d’isabelle Huppert. Elle joue le rôle avec fermeté et assurance. Ce portrait de femme à l’apparence forte mais entièrement ravagée intérieurement est interprété et tenu d’une main de maître tout le long de l’oeuvre.
Elle crève littéralement l’écran et je lui tire mon chapeau. Il n’y a qu’elle pour avoir le courage d’oser interpréter un tel personnage (bon, y’a Charlotte Gainsbourg aussi qui pourrait faire l’affaire en fait).


Froide, à la limite du détestable à certains moments malgré l’horreur qu’elle vient de subir; elle incarne une femme courage charismatique.
« Elle » ne se trouve être qu’un portrait de femme finalement.
Mais quel portrait!
Éblouissant, magistral; il est pour moi un essai féministe culotté et courageux.
Il démonte les à priori que peuvent avoir un paquet de machos sur les femmes. Il montre que l’existence d’une femme n’est pas de tout repos à travers cette héroïne flouée de toutes parts. Par son père, par son fils, par ses amants, sur son lieu de travail…L’existence d’une femme dans notre société actuelle est semée d’embûches et est loin d’être simple et pourtant Huppert reste maître de son existence avec brio au milieu de ce tumulte intérieur qui la ronge.


Édifiant.
 Le reste du casting n’est pas en reste, notamment Laurent Lafitte que j’avais l’habitude de ne voir que dans des comédies balourdes qui m’a littéralement bluffé. Mais tous en fait. On est là face au fleuron du jeu d’acteur de la comédie française.
Et tout cela grâce à Verhoeven qui dirige magnifiquement ses acteurs. Qui sait mener son histoire et sait ménager le suspens et les tensions latentes au fil du film.
C’est un très bon boulot de réalisation qui a été fait. C’est clair. La mise en scène, la direction d’acteurs; il n’y a pas grand chose à dire. Monsieur Verhoeven maîtrise son sujet.


Je regretterai peut-être le fait que j’ai deviné dès le départ l’identité de l’agresseur (et je pense que beaucoup la devineront aisément) mais finalement l’intérêt du film ne réside pas réellement derrière ce jeu du chat et de la souris qui nous est teasé. c’est plutôt une plongée dans la psyché du personnage de Michèle.
Je ne comprends pas non plus les critiques (et notamment les féministes –‘) qui disent que ce film banalise le viol…Franchement, c’est comme pour ma critique de Nymphomaniac, c’est à se demander si les gens ont vraiment regardé le film avec intelligence ou s’ils l’ont juste survolé. Pour ma part, c’est un grand film féministe avec un personnage qui assume ses dérives sexuelles dérangeantes et/ou malsaines. Je ne vois pas où il y a un problème!


Mais je peux comprendre que le film puisse choquer. Il est dur (même si à certains moments assez drôle grâce à Charles Berling et évidemment à Huppert en mère vérité froide et intransigeante) et flirte avec une morale irrévérencieuse et ambiguë.
Pour moi ce n’est que du bon. Un portrait de femme passionnant, envoûtant, poignant et fort. Des acteurs au top. Un réalisateur au sommet de son art. Un long métrage qui au final prête à réflexion et laisse songeur.


Un coup de cœur direct pour moi tant il a le courage de sortir des sentiers battus et de ne faire aucune concession d’ordre moral ou éthique fuyant toute consensualité.


Ma note; 9/10. Coup de Coeur

6 réflexions au sujet de « ELLE (2016) »

  1. Personnellement, j’ai eu du mal avec ce film pourtant très bien interprété (Isabelle Huppert est une évidence). Pourtant j’avais bien aimé le roman. En fait, j’ai eu du mal à comprendre – et à croire surtout – cette personnalité. Je ne suis pas sûre que d’un point de vue psychologique que ce soit justement très crédible. En tout cas je n’ai pas cru à ses réactions.

    1. Possible. J’ai du mal à me placer dans la peau du personnage, et je pense que tu peux deviner pourquoi, mais je crois en cette idée de femme forte et impassible qui affronte l’adversité toujours la tête haute par contre.
      J’aime donc plutôt le traitement de son personnage; après crédible ou pas je ne saurai le dire.

Laisser un commentaire