JACK REACHER: NEVER GO BACK (2016)

Suite de la bonne surprise que fut Jack Reacher, ce nouvel opus intitulé Never Go Back n’arrive malheureusement pas à se hisser au niveau de son illustre prédécesseur. La faute à un scénario soporifique très cliché et à une réalisation bien moins percutante que pour le premier film.

Proposant la place de réalisateur à Edward Zwick (mauvaise idée) pour ce second volet, Tom Cruise reprend son rôle de ténébreux solitaire et repart sur les routes pour castagner du méchant. Seule ombre au tableau, Reacher s’accapare d’une gamine et d’une nana faussement bad-ass dans ce film. Le mec n’opère plus réellement en solitaire et s’encombre de faire-valoir vus et revus. Entre Cobie Smulders (qui a bien du mal à se faire une carrière correcte suite à l’arrêt d’How I Met Your Mother) qui joue une soldate burinée et au caractère bien trempé et une ado qui joue…ben l’ado bien clichée au possible, Tom aura bien du mal à se dépatouiller d’une intrigue qui sent bien le renfermé. Car si le premier film nous amenait à un retour du bon vieux film noir avec option justicier soliste bourrin en prime, celui-ci peine à retrouver cet esprit. La faute a une réalisation bien moins nerveuse. Les coups et la violence sont ici bien moins impactant et cela ronronne tristement. Rien de bien folichon dans la mise en scène des affrontements qui semblent étrangement faméliques dans ce Never Go Back. L’intrigue s’étire en longueur pour une bête histoire de trafic sur fond de guerre et le méchant bien insipide n’a aucun charisme et ne semble jamais représenter une vraie menace.

oh bordel, faut que je m’échappe de ce film!

Tom Cruise lui-même semble fatigué dans ce film qui peine à trouver son rythme. Il a beau courir comme un dératé (comme dans chacun de ses films, si, si, regardez bien, à chaque fois il a ce moment où il court comme un dingue), il a l’air de se demander ce qu’il fait au milieu de ce beau gâchis. Pourtant tous les ingrédients du succès du premier film étaient là au départ. Mais inventer un passif à Reacher alors que ce qui fait la force du personnage était qu’il n’a aucune attache s’avère être une mauvaise idée. idée qui entraînera un nombre incalculable de scènes clichés avec des dialogues peu inspirés. On sombre alors (dès l’inclusion de la gamine dans l’affaire) à un film lambda qui sent le réchauffé.

il en a gros sur la patate le Tom.

Bref, c’est un film peu inspiré et franchement inégal que ce Jack Reacher 2. Film qui semble avoir mis fin à la saga Reacher au cinéma suite à son insuccès. Et c’est pas plus mal quand on voit combien le personnage est malmené dans cette suite sans éclat. Quelle tristesse alors que le premier était vraiment agréable et intense. Ici, l’ensemble fait l’effet d’un soufflé…

la bagaaaaaarre!!!!!!

Ma note: 4/10.

Laisser un commentaire