JURASSIC WORLD: FALLEN KINGDOM (2018)

Suite de Jurassic World qui a énormément divisé et surtout déçu  la plupart, ce Fallen Kingdom s’annonçait pourtant bien meilleur car le tâcheron Trevorrow laissait les rênes de la réalisation au très doué Bayona ( les excellents L’Orphelinat, The Impossible, Quelques Minutes Après Minuit…) et de plus, le film pouvait se permettre de se lancer dans quelque chose de neuf après le premier film qui sonnait énormément comme un remake/plagiat de Jurassic Park premier du nom.

Je dis bien « s’annonçait pourtant » car le film s’avère être une énorme déception. Un foirage total. Une série Z débile à gros budget rempli de conneries qui réussit à être pire que le film précédent qui ne volait déjà pas bien haut.

Cette image n’est pas tirée du film mais vu le niveau global du truc elle aurait clairement pu y figurer…

Il y a de bons points. Des points très intéressants même. La franchise renoue ici avec l’horreur et ce, de bien belle manière. Bayona apporte à ce film tout son talent de réalisateur pour mettre en scène des petits bijoux de moments d’épouvante dans la plus pure tradition. Certaines scènes nous évoquent de grands classiques nous rappelant nos peurs infantiles. De belles images, de beaux plans, un travail évident sur la lumière: et le film brille par des scènes léchées agréables à l’œil. Le dinosaure fait à nouveau frémir, trembler et le réalisateur instille en nous du suspens et des frissons bienvenus. On sent que Bayona a déjà bossé les thèmes de l’angoisse et de l’horrifique auparavant et il apporte sa patte talentueuse au film. Les images, la réalisation globale en fait, tout de ce point de vue est supérieur au premier film.

Cette image illustre bien le jeu du film avec les peurs infantiles.

Malheureusement, un bon réalisateur n’arrivera pas à sauver un scénario indigent, stupide et terriblement téléphoné.

Déjà, si vous n’aviez pas supporté la bêtise des enfants du premier film, fuyez celui-ci! C’est incroyable comme les personnages prennent des décisions connes et agissent au delà du bon  sens. Que ce soit le chasseur soi-disant expérimenté ou même nos héros; il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. C’est tout bonnement affligeant. Je ne vous dis pas le nombre de facepalm que j’ai fait devant le film! Et mon petit frère d’à peine 14 ans m’a même souvent regardé durant la séance en me disant:  » mais il est con ou quoi lui? » C’est dire!

Les dinosaures sont plus crédibles que les acteurs…

Il faut dire que l’historie de base prête déjà à rire.  Les dinosaures sont menacés par une éruption volcanique sur l’île d’Isla Nublar et nos héros du premier, Chris Pratt et Bryce Dallas Howard, vont alors tout faire pour essayer de les sauver d’une nouvelle extinction en les évacuant de leur ilot. Euhhhhh…..Déjà, historiquement dans la licence, les dinosaures sont présents sur deux îles. Donc si ceux d’une île meurent cela ne signifie pas l’éradication pure et simple des dinosaures de la planète…. Ensuite, les mecs ont créé un parc d’attraction pour un coût de plusieurs milliards de dollars, un investissement énorme sur le long terme, sur une île avec une activité volcanique –‘ Ah ben oui, autant investir sans se soucier du risque d’éruption. Pérenniser un parc sur juste quelques années c’est suffisant puis fuck si tout doit être détruit d’ici 4 à 5 ans… Plutôt couillus ces investisseurs!

Bref, le scénario enchaîne les facilités et les gros raccourcis scénaristiques qui vont bien. Le Deus Ex Machina est ici à l’honneur et la bêtise humaine n’a plus de limites. Le tout dans une redite grossière de la ficelle narrative du film précédent avec des acteurs qui n’y croient plus. Honnêtement Pratt et Dallas Howard semblent totalement éteints dans ce film. Et les side-kick qui les accompagnent n’ont que très peu d ‘intérêt si ce n’est celui d’être des clichés essayant péniblement de nous faire rire. De toute manière, tous les protagonistes sont des caricatures qui auraient déjà été ringardes il y a 20 ans en arrière. La palme revenant au riche magnat en fin de vie totalement abruti et miro. Un con comme lui on en voit rarement au cinéma!

L’exemple parfait d’une image impressionnante mais totalement putassière.

Une suite donc très largement décevante qui enlise la saga dans un cinéma de divertissement du pauvre. Cumulant à outrance les images spectaculaires aux dépens d’une histoire convenable. On lorgne vers la série Z par bien des aspects et cela fait très mal au cœur. Un autre film est annoncé et certainement plus si la machine à fric continue de faire son boulot et pourtant on a envie que l’écueil s’arrête tant les rares bonnes idées de ce film sont noyées sous l’aspect fan-fiction prépubère du scénario. Malheureusement cela semble parti pour continuer dans la dérive sensationnaliste et outrancière (pour pas dire carrément grotesque) que semble vouloir emprunter la saga. Pour ma part, je lâche l’affaire…

Ma note: 5/10.

Laisser un commentaire