KONG: SKULL ISLAND (2017)

 

Ah Kong…Que dire? Que dire? 

Que dire d’un film qui me fait pouffer lorsqu’il se veut sérieux et épique et qui me fait souffler d’exaspération lorsqu’il se veut drôle? Que dire d’un film où le meilleur acteur se révèle être la bestiole entièrement en effets numériques?

Que c’est un nanar?

Il y a un peu de ça…peut-être.

Bah, que je ne suis pas content!

Kong qui est un personnage iconique de l’histoire du cinéma se trouve entouré de personnes bien faiblardes autour de lui pour proposer une histoire un brin intéressante et pas ridicule  pour un sou reposant uniquement sur son aura…

Le geek en moi était heureux à l’idée d’aller voir un film où on explore une île avec un bestiaire tout neuf et fascinant, un lieu mystérieux et tout et tout… Ah ça sentait bon l’exploration, la découverte! Le genre de films qui me faisait rêver enfant lorsque je m’imaginais en Indiana Jones en culottes courtes découvrant des lieux inexplorés avec des animaux étranges et des civilisations obscures.

Ce film avait tout pour me plaire.

Mais au final, qu’est ce que c’était naze…

Alors oui le bestiaire est intéressant, sympa, divertissant. Les effets spéciaux sont pour la plupart réussis et nous immergent bien dans l’histoire.

Et oui, il y a de jolies images. Ah ça, il y en a de belles images! Beaucoup! Vraiment beaucoup!!!

Non mais soyons sérieux une minute; le film semble être une collection idéale de captures d’écran. C’en est juste ridicule quoi. Oh oui que c’est joli de voir l’ombre de Kong au coucher de soleil. Que c’est classe de voir les aventuriers surplombant un magnifique décor tropical qui sent bon le dépaysement…

Mais bordel, cette recherche de plans iconiques se fait totalement aux détriment du film!

La cohérence de l’oeuvre s’en trouve complètement  détruite!

Mais putain qui est ce réalisateur à la noix?

Jordan Vogt-Roberts?

C’est son premier film?

Et bien ça se voit!

Alors faire des images trop classes lors de la première apparitions de Kong à l’écran pour bien icôniser la bête je veux bien mais si c’est totalement en contradiction avec le reste de la scène c’est débile et c’est incohérent.

C’est incroyable, lors de certains plans il fait quasiment nuit, soleil couchant, plan suivant (moins iconique et donc moins classe) il fait plein jour, puis hop presque nuit, puis plein jour et quand la scène se termine il doit être carrément midi vu l’éclairage. Mais on se foutrait pas un peu de ma gueule? C’est quoi cet amateurisme putassier???? Juste pour nous mettre quelques belles images plein la tronche.

Et tout le film est comme ça. Mal monté, incohérent, pas crédible pour un sou…

Combien y-a t-il de scènes où les personnages prennent la pose? Ils sont là sans bouger à fixer le vide juste pour faire des plans stylés que les gens retiendront. Mais bon sang c’est ridicule et pas crédible! On dirait que le réalisateur leur a dit « ouais les gars, c’est bien maintenant tenez vous de manière vachement pas naturelle contre cet arbre et regardez les flammes autour de vous sans bouger! Ouais, c’est ça, c’est trop classe les mecs, vous déchirez! » Ouah non mais cette direction d’acteurs catastrophique….

Pourtant avec Tom Hiddleston, Brie Larson (qui ne sert vraiment qu’à être compatissante et en débardeur dans ce film, le féminisme suggéré du perso en début du film en prend un méchant coup) et John Goodman il y a du niveau. Mais non, ils sont gérés comme des jambons….

Sérieusement Brie Larson prend des poses tout le film. Même en pleine action, en plein danger et je parle même pas de Samuel L. Jackson qui me faisait rire dès qu’il apparaissait à l’écran tant son personnage est ultra caricatural et sur-joué jusqu’à la mort.

J’ai dit caricatural? C’est clairement ça. Chaque personnage est un cliché ambulant dont la caractérisation est lamentable.

On a la hippie photographe anti-guerre qui fait des leçons de vie dès qu’elle ouvre sa bouche, le militaire noir de service qui sert qu’à sortir des blagues hyper lourdes et hyper nulles tout le long du film (et bordel, dans la salle tout le monde riait dès qu’il l’ouvrait alors que c’était tellement moisi tout ce qui sortait de son clappe merde! Juste mon voisin et moi en avions trop marre de lui dès qu’il l’ouvrait!), le militaire qui n’a pas quitté le Viet-Nam dans sa tête (le personnage joué par Jackson, mon favori, totalement idiot et crétin), l’archéologue beau gosse super charismatique genre un Nathan Drake du pauvre….Non mais tout est caricatural dans ce film mais à un point!

Puis les dialogues, alors les dialogues…

Tous les clichés sur les films de guerre entendus depuis des décennies, vous pouvez être sûr qu’un personnage va finir par les sortir à un moment ou un autre… C’est tellement inspiré.

Les soldats qui parlent de rentrer au pays, qui se charrient sur leur mère, qui parle de leur gosse, c’est tellement grossier, poussif et pas fluide que je me pliai de rire dès que j’entendais parler du petit Billy. Jusqu’à l’overdose et que je ne supporte plus qu’on évoque ce gamin. Ceux qui ont vu le film comprendront de quoi je parle. Que c’est cliché! Mon dieu!

Et ne pensez pas que ces personnages évolueront une fois sur l’île. Non, non, leur caractérisation s’arrêtera là et n’évoluera pas d’un iota par la suite. Place à l’action comme on dit!

Le film est tellement boursouflé d’incohérences, de moments épiques sortis de nulle part qu’à chaque fois qu’il se voulait sérieux j’ai ri. C’est tellement what the fuck par moments. Tellement gratuit…

C’est un mix entre Jurassic park, Apocalypse Now (mais à fond, je crois le réal a puisé tout ce qu’il a pu de ce film) et Tonnerre Sous Les Tropiques…sauf que pour ce dernier c’est voulu que ce soit un film d’action risible…

Surtout ne cherchez pas à intellectualiser le moindre truc devant ce film car rien ne tient la route. Il y a tellement de choses sur lesquelles lorsque je me suis penché dessus je me suis dit « ah oui mais en fait non, c’est pas possible, c’est complètement con… » que j’ai fini par lâcher l’affaire en cours de film.

Puis au rayon facilités scénaristiques, la coupe a vite été pleine. La géographie de l’île me semble bien étrange. Très arrangeante pour le réalisateur. Puis je parle même pas du fameux coup de « la plaque de Chapman »…Pareil, ceux qui ont vu le film comprendront…A partir de ce moment j’en ai eu trop marre et j’attendais vraiment que le film se termine. Surtout qu’après cette facilité, on a eu une bonne grosse scène d’action gratuite et inutile cherchant juste à nous vendre encore quelques moments ultra classes et des futurs fonds d’écran cools mais qui nous a surtout montré qu’à la fois les personnages et le réalisateur étaient totalement idiots…

Ah oui, je ne vous ai pas dit que le film se passait dans les années 70? Ne vous inquiétez pas le film se chargera de vous le rappeler jusqu’à la nausée. ll se veut tellement typé seventies que ça en devient grotesque avec son utilisation à outrance de musiques d’époque (bien que cools) et de références multiples.

Et au milieu de tout ça il a le culot d’essayer de nous imposer des scènes d’émotions. Bien clichés, elles aussi, évidemment. Sauf que vu que les personnages sont super mal développés, ben on s’en fout. On est même contents que certains crèvent tellement ils sont insupportables.

Puis à la fin, non mais, cette scène d’émotion téléphonée sortie de nulle part concernant Kong et un autre personnage… J’ai sauté dans mon siège. Le sommet du ridicule était atteint.

D’ailleurs Kong, lui aussi, sort de nulle part. Le bestiau est aussi discret qu’un félin. Il est à côté de nos héros plus d’une fois mais on ne l’entend pas du tout. Par contre, dès que son image apparait à l’écran c’est un tonnerre sonore. Et là, étrangement ces pas font tout trembler… C’est un procédé de mise en scène classique cherchant encore une fois à icôniser et magnifier ce cher Kong mais ce procédé est utilisé à chaque fois! C’en est ridicule et encore une fois la crédibilité du film s’en prend un coup.

Grossier tout ça.

En gros, si j’avais vu ce film à 10 ans je l’aurai adoré. J’aurai rêvé devant. Malheureusement, avec la maturité aidant et un esprit critique plus vif ainsi qu’une bonne dose de discernement en plus, je ne peux pas passer outre les défauts du film. Il y a de bonnes choses, certes. Mais elles sont noyées sous un océan de conneries. Direction d’acteurs, dialogues, écriture des personnages, incohérences, facilités et j’en passe…

Oh oui c’est sûr ce film fera de très beaux posters. Et fera bouffer du pop-corn. Mais ce qui est sûr aussi c’est qu’il fait passer le King Kong de Peter Jackson pour un film d’auteur. Car là, le tout, acteurs comme mise en scène, est maîtrisé. Ici, on est juste face à un clip hypra cool pour ados en manque de sensationnel. C’est creux…comme le sous-sol de l’île.

Ma note: 4/10.

8 réflexions au sujet de « KONG: SKULL ISLAND (2017) »

Laisser un commentaire