La Mouche (1986)

Ce remake du film de 1958, La Mouche Noire, est certainement le ou l’un des films les plus connus du réalisateur David Cronenberg.
Et après l’avoir revu je trouve qu’il n’y a rien de plus normal à cela.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore l’histoire ultra célèbre de ce film, on y suit Seth Brundle un physicien décidé à créer une cabine de téléportation appelée Télépod. Après avoir réussi à y faire téléporter un babouin vivant sans altération de son organisme, il décide de tester la machine sur lui-même. Mais il ne s’aperçoit malheureusement pas qu’une mouche est entrée en même temps que lui dans le Télépod. La machine va alors téléporter Seth et la mouche, fusionnant leurs deux corps.
Va s’en suivre une lente détérioration physique et mentale pour Seth qui ressemblera de plus en plus à un insecte. Et la pauvre Veronica, sa petite amie, devra être le témoin désœuvré de cette sombre déchéance qui emmènera Seth aux confins de la folie.

Plus de 30 ans après sa sortie, ce film fait toujours mouche! (hé, hé).
Tout cela grâce à un duo d’acteurs impeccable, Jeff Goldblum (que j’adore!!!) et Geena Davis qui vivent les événements de manière très convaincante.
Et surtout grâce à Cronenberg qui trouve dans cette histoire le moyen de laisser libre court à toutes ses obsessions de réalisateur.
Cronenberg est fasciné par la chair, par l’organique, par la décrépitude ainsi que par le fait de déformer, maltraiter et jouer avec les corps. Il s’amuse donc dans ce film à martyriser le pauvre Seth en jouant avec son organisme. Le spectateur ne peut qu’être un témoin effaré et écœuré par tant de maltraitances et de souffrances organiques infligées au héros.

Le film offre au cinéma fantastique un de ses chefs d’oeuvre en ne sombrant pas dans l’outrance et en restant surtout une exploration psychologique et poétique de l’esprit d’un homme se sachant condamné et vivant une déchéance cruelle.
Le film est aussi une fable à la morale simple mais efficace. Un conte de SF moderne qui saura nous émouvoir tout en nous faisant réfléchir quant aux ramifications d’une science qui va parfois trop loin.

Et puis Jeff Goldblum. Jeff Goldblum quoi!!!
Acteur génial qui sait parfaitement se montrer arrogant et émouvant quand il le faut dans ce film. Capable de nous tirer des larmes tout comme de se montrer terriblement effrayant!
Le film use des codes de l’horreur avec parcimonie. Il sait se maintenir sur un fil ténu sans jamais sombrer dans un genre ou dans un autre. Et Goldblum sait aussi parfaitement jouer avec les frontières du genre de par son jeu d’acteur. Une prestation époustouflante!

Ajoutez à cette fresque poétique et cruelle, la musique d’Howard Shore qui convient parfaitement à l’histoire et vous avez un ensemble qui tient très bien la route.
Et, cerise sur le gâteau, les effets visuels n’ont pas trop vieilli avec le temps (les costumes en latex font certes fake mais passent encore très bien) et c’est surtout dû au fait que l’histoire est si bien contée qu’on est vite pris dans le film et que l’on accepte alors bien plus aisément l’aspect du héros. Et ce, même en fin de film.

Un film épouvantable, effroyable mais terriblement touchant. Des acteurs au diapason. Un réalisateur s’amusant.
Il n’en faut pas plus pour en faire un très, très bon film.

Ma note: 8,5/10.

6 réflexions au sujet de « La Mouche (1986) »

  1. Je l’ai vu à sa sortie sur grand écran et je peux te dire que c’était carrément dégueu ^^ En plus, la même année, j’étais allée voir « Aliens le retour » !
    Oui, c’est un bon film, un bon Cronenberg aussi mas je suis vaccinée?

          1. Bah, je l’ai dit mon âge sur le blog😁😁
            50 pile …Ah, mais toi, tu as l’âge de mon compagnon (si, si, couple qualifié d’atypique qui fête ses 10 ans cette année)

Laisser un commentaire