La Tour Sombre (2017)

Tâche ardue que de critiquer ce long métrage tout en étant fan de la saga littéraire fleuve de Stephen King (je vous invite d’ailleurs à aller lire ma critique de cette saga sur le blog du Pingouin Vert).


J’adore les romans qui offrent un monde post apocalyptique mélangeant horreur, western et science-fiction du tonnerre. Avec des personnages charismatiques et bien torturés mais aussi avec des ramifications métaphysiques étonnantes et inattendues…


Quelle ne fut pas ma joie lorsque j’ai appris que le projet d’adaptation allait enfin voir le jour après des années de galère! Cette saga jugée inadaptable va enfin voir le jour sur grand écran!
Mais mon « fanboy-isme » allait vite être calmé lorsque j’appris que le film serait une adaptation libre étalée sur à peine 1 heure 40 de pellicule…Ouch! Cela annonce une adaptation bien édulcorée et simplifiée…


Qu’en est-il au final?


Et bien, le tout est asse honnête. Certes, plutôt décevant pour un fan des livres mais un produit cinématographique ne doit-il pas se suffire à lui-même? Une oeuvre ne doit-elle pas être réinterprétée pour convenir au nouveau support sur lequel elle est présentée?
Je vais donc essayer d’être le plus objectif possible et parler du film en tant que seul produit de référence.


Premier point satisfaisant: les acteurs.
Idris Elba traîne son charisme et sa dégaine burinée à la perfection le long du film. Il y incarne un Roland Deschain bourru et taciturne convaincant.
Et que dire de Matthew McConaughey qui pue le charisme à nous en exploser les naseaux!


Il interprète d’une main de maître le sinistre et fascinant homme en noir. Prenant acte de la quasi omnipotence dupersonnage et s’accaparant son arrogance comme personne. Quel bon acteur!
Même le gamin qui accompagne Roland (et qui se révèle être le héros du film en fait à l’opposé des romans où là c’est Roland le protagoniste principal) et qui incarne Jake Chambers est supportable et plutôt convaincant. Ce qui est difficile car mon seuil de tolérance niveau gosses au ciné est très très bas.


Le film est plutôt réussi malgré un budget bien faible. Il arrive à s’en sortir et à nous présenter un Entre deux-Mondes (le monde d’origine de Roland) glauque, lugubre et sacrément inhospitalier. L’ambiance y est aussi bien retranscrite. Le post-apo western transparaît clairement dans cette oeuvre.
Les effets spéciaux s’en sortent plutôt bien et l’affrontement final est dantesque et puissant. On en attendait pas moins du dernier Pistolero et de l’homme en noir.


Malheureusement, après le visionnage du film; il restera ce sentiment de frustration chez le spectateur. Normal, il faut résumer un univers dense et complexe en un tout petit film. Le scénario est donc empli de facilités et de raccourcis pour arriver rapidement aux faits.
C’est dommageable puisque l’univers proposé est si fascinant qu’on demanderait à en savoir un peu plus tout de même.


Le film mériterait de durer une bonne demie heure de plus.
L’histoire est trop vite posée et l’on ne sait trop comment l’homme en noir a ses pouvoirs, sait comment détruire la Tour, etc, etc…
Pareil pour le passé de Roland et de son vieil ennemi. On sent qu’il y a un antagonisme fort entre les deux mais c’est juste mis en image par un flash-back assez pathétique et mal venu entre Roland et son père…Un peu léger tout ça.
Il en va de même pour cette fameuse Tour Sombre. Qu’est-elle vraiment? Comment fonctionne-t-elle? Où se trouve t-elle?


On en saura pas grand chose. La plupart des éléments de l’intrigue étant expliqués et/ou dévoilés par juste une ou deux phrase lâchées ici et là par les personnages du film. C’est certes suffisant pour la compréhension de l’intrigue globale mais ça parait trop vite expédié et survolé.
Le film n’a pas le temps de se mettre en place tranquillement. Le tout est rushé et cela se ressent.
Très triste pour un tel univers qui offrirait pourtant énormément de possibilités cinématographiques.


Le montage en pâtit forcément et la succession des scènes paraît parfois peu digeste. L’Entre Deux-Mondes est aussi peu mis en avant (un comble!). L’intrigue préférant revenir à New York, certainement pour des raisons de budget.
Sinon, l’histoire bien qu’édulcorée et simplifiée (aaaarrghhhh, je ne dois pas comparer avec les bouquins!) s’avère prenante. Son déroulement est classique mais son traitement est efficace.
J’en retiens un divertissement agréable proposant au spectateur un univers intéressant et pouvant être particulièrement passionnant si l’on prend la peine d’aller plus loin que les quelques balbutiements montrés dans ce long métrage.


Je retiens aussi des acteurs qui portent le film sur leurs épaules. Rendant cet univers crédible.
Un film honnête et loin d’être désagréable à regarder. Certaines images sont d’ailleurs saisissantes à contrario de certains décors faisant un peu pauvres.


Ma note: 7,5/10.

Ma note pour les fans de la saga littéraire: 5/10.

2 réflexions au sujet de « La Tour Sombre (2017) »

  1. C’est vrai que l’avis diffère grandement si on se situe en tant que spectateur ou en tant que lecteur de l’oeuvre originale, je trouve du coup intéressant l’idée de mettre deux notes. C’est difficile de voir un film en tant qu’oeuvre unique quand on a déjà connaissance de l’oeuvre de base.

Laisser un commentaire