Le Magasin des Suicides – le film hein, pas le livre (2012)

Premier film d’animation pour Patrice Leconte sorti en 2012, adapté du roman de Jean Teulé; le Magasin des Suicides est un film qui semblait sentir bon l’humour noir et avoir une esthétique gothique qui, évidemment, ne pouvait que plaire au renard bavard. Un film qui nous présente un monde désabusé peuplé de personnes aux pensées suicidaires et dans lequel on voit la vie d’une famille gérant un magasin offrant de multiples possibilités de se suicider. Un film où cette même famille (la famille Tuvache) s’efforçant de vivre dans le marasme ambiant se retrouve avec un nouveau né toujours souriant et de bonne humeur pour leur plus grand malheur (et pour le plus grand malheur de leur commerce car voir un enfant heureux, n’est ce pas le meilleur remède contre les envies de suicide???) ne pouvait que satisfaire les attentes du renard bavard!

20104611

C’est un petit film qui sentait très bon. Mais au visionnage du-dit objet, l’odeur n’était pas loin de passer au rance.

Je m’explique.

Certes, la patte graphique fait mouche. Le parti pris esthétique m’a conquis et retransmet bien l’aspect lugubre et désespérât de l’objet. Certes, le film est bardé de bons mots sur la mort et sur le suicide. Certes, le film fait mouche plus d’une fois en me faisant sourire et même rire.

Mais le long-métrage fait preuve de défauts quasi rédhibitoires pour moi. En premier lieu, le chant. Je ne supporte pas ces films et/ou dessins-animés remplis de chants! Alors bon, pour un film d’animation, ok, je veux bien accepter qu’il y ait quelques chants…mais là je trouve qu’il y en a beaucoup. Et si certains sont plutôt réussis et ont des rimes qui prêtent à sourire, d’autres me paraissent peu inspirés et insupportables à écouter. Là, ça ne passe pas pour moi. C’est d’un poussif!

Scène

La première partie du film me semble bien mieux maîtrisée que sa seconde aussi. Le début est un bonheur d’humour noir jonché de mots grinçants qui me plaisent énormément. Forcément, suivre les aventures d’une famille qui gère un magasin aidant les gens à se suicider était la porte ouverte à des tonnes d’allusions sarcastiques et cyniques. Il y en a et bordel, que c’est bon!

«  vous avez raté votre vie, réussissez votre mort! » le slogan de la boutique; ou encore « nos clients sont toujours satisfaits; aucun n’est revenu se plaindre! » …ce genre de phrases délicieuses parsème le film et met mes oreilles en émoi. Le cynique blasé que je suis ne peut qu’être aux anges face à de tels dialogues. Et voir l’éternel visage blasé des deux premiers enfants de la famille Tuvache est aussi un grand bonheur comique pour moi. Ils ont tellement l’air au bout du rouleau!

Malheureusement, en plus des chants omniprésents et pas forcément heureux, le film semble accuser le coup lors de sa seconde partie et surtout sur sa conclusion.

Déjà, le final arrive trop soudainement et semble expédié à vitesse grand V. Les problèmes de cette famille sont rapidement résolus, de manière grossière et en 10 minutes chrono. Je n’ai pas lu le livre mais la fin me semble vraiment trop gentillette, mièvre et facile…je m’attendais plutôt à une résolution sombre ou tout du moins nuancée. Là, c’est moralisateur et très « Miss France »…

ms_onavu_02

On regrette que le réalisateur soit passé à côté de possibilités visuelles et narratives audacieuses avec un tel sujet de départ.

Pour résumer, on se retrouve avec un objet cinématographique banal de plus qui démarre fort pour finir en une énième histoire mignonnette au déroulement d’un classicisme éculé.

Je ne peux m’empêcher d’être trop dur tout de même avec ce film d’animation car je ne peux défaire de mon visage le rictus de cynisme que le dit film à fait apparaitre sur moi.

Je suis à la fois satisfait mais aussi vexé de voir cette idée transformée en une fable cul-cul la praline de plus.

Mitigé donc.


Ma note:6/10.

4 réflexions au sujet de « Le Magasin des Suicides – le film hein, pas le livre (2012) »

  1. Je suis contente de lire un avis qui rejoigne le mien. J’avais été terriblement déçue par le livre comme par le film.

    Comme tu le soulignes, on nous vend un récit cynique, ça commence bien et puis Paf! voilà qu’on nous balance le fleurs fleurs et petits zoziaux mièvres.

    Un gros « dommage » !

  2. J’ai lu le livre et j’ai vu le film. J’ai aimé les deux. Le film m’a plus plu que le livre. J’ai trouvé le graphisme superbe.

    1. Pas lu le livre. Mais d’après l’avis général, il me semble que le livre est mieux. Tu es une voix discordante ma petite Anne-ju.

Laisser un commentaire