LES OUBLIES -LAND OF MINE (2015)

Danemark 1945. Les allemands ont perdu la guerre et quittent le Danemark libéré. Problème, croyant que les alliés débarqueraient le long des côtes danoises, les soldats nazis ont déposés quelques 2 millions de mines sur les plages du pays. La solution pour résoudre ce problème fut vite trouvée par l’armée danoise. Utiliser les soldats allemands faits prisonniers afin de toutes les désamorcer. Juste retour de bâton soi disant. Sauf que les dits soldats condamnés à faire ce funeste labeur se trouvent être des enfants de 16 à 18 ans.

Nommé au meilleur Oscar du film étranger 2017, Les Oubliés mérite amplement cette nomination. Magnifique oeuvre à la fois cruelle et sublime; ce film nous rappelle à quel point il est important de savoir faire la part des choses à l’heure actuelle et surtout qu’il ne faut pas sombrer dans un manichéisme primaire.
Ce film nous apprend que rien n’est tout blanc ou tout noir.
Ce n’est pas parce que les jeunes hommes qui sont contraints et forcés de déminer incessamment les plages danoises sont des soldats allemands que ce sont des hommes odieux et abjects. Ce sont des individus tels que nous , partis à la guerre pour leur pays car n’ayant pas vraiment le choix. Et les voilà qui se retrouvent prisonniers de guerre, martyrisés par un peuple qui les hait pour toute l’oppression subie par leur pays.

Le film est très dur, très noir et nimbé d’une tristesse profonde. Voir ces jeunes gens loin de chez eux se sentant condamnés à une mort proche mais conservant un fol espoir d’un éventuel retour au pays est un véritable crève-coeur. L’interprétation poignante des acteurs aidant à se sentir malheureux pour eux.

Mais au milieu de tant de noirceur; parfois la lumière transparait. Durant quelques scènes on se surprend à sourire et à voir que derrière le drame, les liens humains résistent.
Le film est peut-être d’une cruauté et d’une dureté indéniables mais fait aussi chaud au coeur en pointant l’entraide et la compassion comme derniers remparts avant l’horreur sourde.
Gros coup de coeur pour l’acteur danois Roland Moller qui incarne le sergent Rasmussen chargé de gérer l’escouade de déminage. Il sait jouer de sa subtilité et nous fait traverser plusieurs émotions tout au long du film. Il joue admirablement bien et rend l’énorme évolution personnelle de son personnage crédible.

Le film est vraiment sublime. De par ses décors danois naturels constamment balayés par le vent ce qui rend le tout encore plus froid et âpre. De par son émotion distillée avec parcimonie sans jamais chercher à vouloir tendre vers le tire larmes. De par sa maîtrise des scènes de tensions (bon sang ce que l’on est tendu devant certaines scènes de déminage!) et de par sa volonté assumée de toujours traiter le sujet sobrement. Effectivement l’oeuvre ne tire jamais vers la violence graphique gratuite. Avec un tel sujet il serait facile de proposer des images chocs et de faire dans le sensationnalisme visuel. Il n’en est rien. Le film est sobre et c’est tout à son honneur.

Un gros coup de coeur pour un film honnête, juste et très bien réalisé. Essentiel pour ne pas oublier des faits de l’histoire souvent édulcorés et pour faire travailler certaines consciences on va dire limitées dans notre époque légèrement troublée humainement…
Bref, une oeuvre humaniste sublime, cruelle mais essentielle.

Ma note: 9/10. coup de coeur

2 réflexions au sujet de « LES OUBLIES -LAND OF MINE (2015) »

Laisser un commentaire