Les Tuches 2 : Le Rêve Américain (2016)

Date de sortie 3 février 2016 (1h 34min)
De Olivier Baroux
Avec Jean-Paul Rouve, Isabelle Nanty, Claire Nadeau plus
Genre Comédie
Nationalité Français
Durée 1h34

On prend les même et on recommence. Après avoir envoyé la famille la plus beauf de France à Monaco, Olivier Baroux et sa bande de scénaristes décident d’envoyer la famille Tuche en Amérique pour des péripéties annoncées comme extrêmement comiques. « On ne fait pas une suite pour faire une suite ; on a vraiment attendu d’avoir de bonnes idées pour mettre les Tuche 2 en chantier » qu’ils disaient. Eh bien, si ce sont là leurs bonnes idées, je me demande vraiment à quoi ressemblent leurs mauvaises. Disons-le clairement, ce film est une catastrophe.

Catastrophe scénaristique déjà. Le film part sur un classique de la comédie ; le fait de ne pas assumer ses origines, d’avoir honte de sa famille. Mais ce postulat de départ est vite remplacé au bout d’une demi-heure de film par un autre classique de la comédie : le fait d’être déraciné de ses origines au risque de perdre l’être aimé. Ce nouveau sujet est survolé pendant une bonne partie du film avant de diriger le film vers un autre enjeu ; celui d’accepter la différence de son enfant. Bref, on ne sait pas sur quel pied danser devant ce long métrage. Le scénario part dans tous les sens sans jamais être réellement travaillé. Tout enjeu est survolé, mal traité, complètement lâché durant le déroulement du film…tout ceci dans le seul prétexte de confronter les Tuche à des situations comiques. Le scénario n’a aucun fil conducteur qui s ‘étale sur tout le film et cela se ressent clairement. On enchaine des scénettes prétextes à des sketchs liés grossièrement entre eux. Personne n’est dupe sur la paresse des scénaristes et leur incapacité à tenir une histoire sur une heure trente. Affligeant. Si au moins les sketchs présentés étaient tous bien mis en scène et drôles…mais là aussi, le bât blesse.

On rigole certes. Certaines répliques vont rester comme dans le premier. Certains sketchs vont nous faire tirer des sourires assurément. Mais globalement le film est moins drôle que le premier. L’humour y est plus poussif et moins fluide. De plus, je ne comprends pas l’intérêt de beaucoup de pastilles humoristiques. Mettre plus en avant mamie Suze, qui est certainement le personnage le plus lourd et le moins drôle de la famille (déjà dans le premier, elle m’a fatigué au bout de trois secondes avec son langage étrange et la redondance de son alcoolisme) nous met devant des scènes d’un ennui terrible. Toute la scène des indiens est nullissime. Et en plus, elle n’a aucun lien avec le scénario. Aucun intérêt si ce n’est d’essayer d’allonger la durée du film et de rajouter un sketch. Et des moments comme celui-ci il y en a à foison dans le film. Tout le voyage du footballeur black est inutile. Tout le monde s’en fiche car il n’a aucun lien avec l’histoire et de plus aucune de ses scène n’est drôle. Du remplissage. Remplissage qui n’aboutit à rien (il faut attendre le générique de fin pour se souvenir qu’il avait un périple dans le film…périple qui n’a aucun aboutissement que ce soit pour l’histoire ou pour l’humour). Il en va de même pour toute la storyline de la fille de la famille avec son faux manager de stars hollywoodienne. Manager joué par Maurice Barthelemy qui surjoue encore plus que tous les autres acteurs du film. Toute cette histoire n’a aucun intérêt et à chaque nouvelle scène concernant ce manager et la jeune Tuche, on sent l’inutilité et la lourdeur de ces sketchs. Bref, les Tuche 2 ; où comment justifier un film en accumulant storylines poussives, artificielles, redondantes et inutiles au postulat de départ.

Heureusement qu’il y a Jean Paul Rouve pour tenir la baraque et nous donner quelques moments de rires car il continue d’interpréter Jeff Tuche avec toute la subtilité nécessaire pour jouer ce doux beauf idiot. La scène de la question sur la rhinoplastie m’a fait hurler de rire tant son personnage nous présente un visage vide de toute intelligence digne de Villeret dans le dîner de cons. Merci Jean Paul de m’avoir empêché de sombrer dans un océan d’ennui au milieu de ce road trip américain rempli de clichés et de blagues convenues sur les différences culturelles France/Amérique ponctué de jeux de mots digne d’un Laurent Ruquier des grands soirs.

Un film paresseux, juste utile à lâcher trois-quatre blagues qui ont germé dans l’esprit des scénaristes. Son seul intérêt est de placer chaque cliché ambulant que représente cette famille aux USA et d’essayer d’en sortir quelques moments marquants. La fin abrupte du film finit de nous exposer le je m’en foutisme des personnes qui ont travaillé sur ce film sachant pertinemment qu’il allait de toute façon faire des entrées puisqu’il allait surfer sur l’image sympathique qu’à cette famille aux yeux des français. Navrant… Navrant de voir qu’autant d’argent ait pu être investi dans un tel naufrage. Navrant de voir que la recette éculée des suites peu inventives et opportunistes fonctionne toujours. Navrant de voir qu’avec toutes les entrées que fait le film ; nous allons avoir une troisième itération des aventures de la famille Tuche. Peut-être avons-nous le cinéma que l’on mérite…mais si pour certains d’entre vous, le doute est encore permis à l’idée d’aller voir ce film, permettez-moi de citer Gandalf en vous disant « fuyez pauvres fous !!! ».

Ma Note : 2,5/10

11 réflexions au sujet de « Les Tuches 2 : Le Rêve Américain (2016) »

  1. Vu au cinéma, je partage ton avis sur ce film que l’on peut décemment qualifier de navet. Dommage, j’avais bien aimé le premier. La pauvreté du scénario fait que je ne me rappelle pas grand chose si ce n’est le sentiment désagréable que le spectateur est un peu pris pour un idiot.

  2. Perso j’ai préféré le 2 au 1er. J’avoue : ça m’a fait marrer et je trouve la famille Tuche attachante. Après je ne crie pas au chef-d’oeuvre, il faut avouer que le scénario est très… comment dire… bordélique. Mais bon au moins je trouve ça drôle.

Laisser un commentaire