SAGA de BRIAN K. VAUGHAN et FIONA STAPLES (depuis 2012)

Aaaaaaaaahh Saga! Que ce comics me fait du bien! Que c’est bon de lire un nouveau tome de cette trépidante aventure!

 

Pourtant Saga est une histoire très simple.
Marko et Alana s’aiment. Tous deux soldats ennemis appartenant pour l’une à la planète Continent (plus grande planète de la galaxie) et pour l’autre à la lune Couronne (lune de la planète Continent pour encore plus simplifier les choses...). Ces deux planètes étant intimement liées (vu que Couronne est la lune de Continent) les affrontements ne se passent pas sur ces deux lieux mais dans la galaxie entière. Depuis des décennies et des décennies la haine entre ces deux peuples embrase l’univers et rien ne semble pouvoir stopper cela. Les cornus (habitants de Couronne) et les ailés (habitants de Continent) se détestent et créent des alliances terribles entre les différentes races peuplant le monde de Saga entraînant des génocides et autres destructions de planètes pour régler un stupide conflit…

 

Cette guerre absurde semble ne plus avoir de fin possible…
Sauf qu’au milieu de tout ça, nos deux héros vont tomber amoureux et de leur union naîtra une fille, Hazel; alors que la reproduction entre les deux espèces est réputée impossible.

 

Malheureusement pour ce nouveau né, symbole d’une paix possible entre les deux peuples; elle sera traquée dès sa naissance par les deux camps. Cela afin de cacher cette aberration qui pourrait apaiser le conflit car bien trop d’intérêts sont en jeu de chaque côté.
Saga est donc une histoire de fuite à travers la galaxie. De personnes traquées dont le seul crime est d’exister. Un postulat de base vu et revu mais terriblement bien mené.

 

Car Saga est géniale comme saga! (sic)
Ce space-opéra nous immerge dans un univers dense, complexe, magique et faisant totalement fi de toute logique.
Tout se mélange habilement ici. Robots, aliens, fantômes, dragons, technologie, magie, mysticisme, humains, antropomorphes…Tout, tout , tout! Bref il y a de quoi faire dans cet univers et de quoi réellement nous surprendre.

 

A la lecture de Saga il y a comme un charme indescriptible qui opère. Un peu comme lorsque j’étais enfant quand j’ai regardé Star Wars pour la première fois. Certaines choses semblent improbables. Des questions se soulèvent sur comment fait pour vivre cet extraterrestre? Comment les robots peuvent-ils fonctionner?  Il y a des gros vides explicatifs mais qu’importe. La magie opère et l’ensemble s’imbrique parfaitement.
Les dialogues sont parfois très drôles et font très « tranche de vie » mais ils peuvent aussi être très vulgaires ou très durs selon les situations.
Dans cet univers, la drôlerie et la tendresse côtoient le tragique à tout instant. Certaines fins de tome font froid dans le dos et sont profondément sombres (brrrr, ce final du tome 7) et donnent presque envie de pleurer.

 

Si le dépaysement et le fantastique nous font nous émerveiller, Vaughan n’hésite pas à nous rappeler que la guerre est horrible et implacable.
Puis que dire du formidable travail de la dessinatrice, Fiona Staples! On a l’impression de lire une peinture. Les aquarelles sont magnifiques et si de prime abord le parti pris artistique peut décontenancer; on se laisse assez rapidement happer et même submerger par le dessin qui donne une dimension onirique à l’oeuvre.
Bon sang, que certaines planches sont sublimes!

 

Certains personnages sont déjà cultes comme Le Testament, un chasseur de prime aux faux airs de Han Solo ou encore le Prince Robot 4 qui fait partie de la race la plus étrange créée pour cette oeuvre. Sont-ce des robots purs? Des êtres organiques modifiés? Étrange mais au centre de l’histoire, cette race permet des scènes drôles et osées. On peut même y voir une sorte de critique des médias à travers eux. Mais je ne veux pas trop en dévoiler.

 

Ah et j’oublierai presque Izabel, la nounou fantôme de Hazel qui a de sacrées réparties et la sorte de bébé phoque éleveur de morses géants (si, si; bestiaire fortement halluciné que j’vous dis!) qui m’ont laissé une forte impression.

 

Honnêtement, je n’ai jamais lu ou vu d’odyssée spatiale aussi géniale et aussi inventive!
Star trek, Star Wars ou Firefly peuvent aller se rhabiller! Pour moi Saga leur est largement supérieure!
Et voir ce comics adapté en format série télé s’avère un rêve fou pour votre Renard en chef. Quoi que…Il n’y aurait jamais assez de budget pour faire honneur à la BD.

 

Bref, c’est génial, ça rend accro dès le tome un, ça surprend à chaque fois, c’est drôle, triste et beau à se damner et si vous voulez un univers différent avec des arbres magiques faisant office de vaisseau spatial ou encore avec des chats sphinx capables de déceler les mensonges foncez lire Saga.
C’est profondément osé et couillu mais c’est un risque pris parfaitement maîtrisé et cela apporte une fraîcheur qui fait un bien fou au genre.
Cet univers me fascine et Vaughan va toujours plus loin dans ses idées.
Imaginez une planète œuf habitée par des races parasites qui y vivent profitant de ses bienfaits jusqu’à son éclosion. Et imaginez qu’une fois éclose cette planète devienne une sorte d’énorme fœtus galactique dévorant tout sur son passage tel un trou noir cherchant sans cesse à se rassasier jusqu’à sa mort. Un truc de dingue je vous dis! Et ça paraît peut-être trop « what the fuck » mais avec les dessins de Staples cela semble cohérent et ça passe parfaitement.

 

Bref, je suis fou de ce comics. Foncez le lire! Vous n’aimerez peut-être pas mais si vous appréciez le genre, vous ne pourrez qu’être passionnés par les aventures de Marko, Alana et Hazel.

 

Un must à lire impérativement!

 

Ma note: 9,5/10.

Laisser un commentaire