SALEM : SAISON1 (2014)

Une fois n’est pas coutume, je me suis laissé tenter par une série qui ne m’intéressait pas du tout. Je dois avouer que si je l’ai regardé c’est parce que j’étais en période de disette de série et aussi car il a été annoncé que mon guide spirituel Marilyn Manson était casté pour la saison 3 de la série. Cela, plus le fait qu’une de ses musiques compose le générique d’ouverture de la série depuis le début ont suffi à me motiver à démarrer ce show. Oui, je sais, il m’en faut peu…alors? Bonne ou mauvaise découverte? Et bien, bof, bof

7f20da488baf439934d38c67b39750ff0df345e3

Cette reconstitution romancée de l’époque au cours de laquelle la ville de Salem aux USA était en proies aux doutes et aux exécutions de personnes accusées d’être des sorcières m’a peu convaincu.

Déjà, dans la reconstitution historique. Si d’importants efforts au niveau des décors et des costumes ont été faits pour nous plonger dans une Amérique du 17 ème siècle, la sauce ne prend hélas pas avec moi. La ville de Salem, ses rues, ses maisons, tout cela sonne fake pour moi. Pourtant je vois bien que de l’argent a été mis là dedans pour nous y immerger. Seule la place centrale avec l’important gibet qui fait aussi office de cachots m’a convaincu.

Ce n’est pas non plus le scénario de la série qui va m’emballer. Sous couvert de chasse aux sorcières nimbée de non-dits, d’accusations et de faux semblants; la série peine à trouver un rythme convaincant. Que de lenteurs et de scènes inutiles! Pour ne pas dire d’épisodes entiers inutiles…comme celui où notre héros se voit embarquer à chercher la fille d’un sorcier perdu dans les bois. Que ça rallonge inutilement le schmilblick pour rien!

salem

Parlons en du héros. Aussi charismatique qu’une huître et aussi expressif que le héros de Prison break, ce John Alden passe la série à faire la tronche et possède un jeu aussi subtil qu’un allemand à la fête de la bière (pardonnez cette digression quelque peu raciste, surtout que j’adore les allemands et encore plus la fête de la bière). C’est dommage car le reste des acteurs s’en sort plutôt bien et c’est un plaisir de retrouver Seth Gabel (Lincoln Lee dans la série fringe) qui pour le coup, lui, joue plutôt bien son rôle de ministre du culte puritain tiraillé entre ses aspirations religieuses et ses désirs amoureux.

D’ailleurs la série devient plus intéressante aussi avec l’arrivée d’un autre acteur de gros calibre, Stephen Lang (le méchant d’Avatar), dans le rôle d’Increase Mather. Un inquisiteur s’adonnant sans vergogne à la torture pour débusquer les sorcières. Cet acteur excellera toujours pour jouer les ordures.

Evidemment, la série qui se veut historique et qui se base sur des faits réels en incluant des personnages ayant vraiment existé ne restera pas longtemps sur ce postulat de départ. Elle ne restera pas longtemps ancrée dans le réel, partant très vite dans le surnaturel et l’horrifique.

960

Tortures, cadavres en décomposition, sorcières et sorciers, magie, zombies, monstres, mutilations; tout est là pour garder le spectateur. Certaines scènes sont très gores et d’autres relèvent vraiment du cinéma d’horreur. Mais ne soyons pas dupes, tout ceci est ici pour maintenir les gens devant leur écran. Pour nous réveiller de l’ennui dans lequel nous plonge la série. A croire que le côté Game of Thrones est devenu une gageure de spectateurs dans les séries actuelles. Soyons crus, mettons des scènes de sexe, de violences et de surnaturel dans un univers historique plutôt dur et nous serons certains que cela marchera. Sauf que pour Salem, ces scènes n’ont pas réellement d’utilité dans la construction du scénario. Même si, je l’avoue, certaines d’entre elles sont vraiment bien filmées et réussies et permettent d’instiller une ambiance malsaine nous happant littéralement dans l’histoire.

Puis cette forêt dans laquelle les protagonistes passent tout leur temps, cette forêt qui entoure Salem, cette forêt si dangereuse et lugubre dans laquelle personne ne doit trop s’y aventurer car très dense et obscure est en fait un véritable moulin! Tout le monde s’y croise. Y palabre. Pourtant elle est décrite comme immense et même le conseil des sorciers s’y cache et y pratique ses rituels. Mais en regardant la série, on a pas l’impression qu’elle soit si grande et qu’elle soit une planque vraiment efficace. Tout tombe à plat dans ce show…

salem_zpsd9cd675a

Je n’ai vu que la saison 1 et je ne sais pas si j’aurai le courage de poursuivre plus loin. Le bilan est très mitigé pour moi. Il y a certes de bons moments et une histoire qui prend un peu son envol dans les derniers épisodes mais j’ai du mal à m’intéresser aux personnages qui semblent trop creux pour moi (à quelques exceptions) et j’avoue me foutre de ce qui peut arriver au héros ou à la chef des sorcières. De bonnes idées visuelles, de bonnes idées de mise en scène mais cela ronronne trop facilement pour moi et ça se regarde sans grand intérêt.

Dans le flot continuel de séries dont on nous abreuve, Salem est bien trop faible et pas assez ambitieuse pour se démarquer. Dommage pour elle.


Ma note: 5/10.

4 réflexions au sujet de « SALEM : SAISON1 (2014) »

Laisser un commentaire