SANTA ET CIE (2017)

Nouvelle farce d’Alain Chabat consacrée à Noël, ce Santa Et Cie est un défi de plus pour le réalisateur/acteur car avec ce long métrage notre comique favori tente le difficile pari de concilier film de Noël pour enfants avec film comique teinté de son humour caractéristique. Tout un programme donc, et l’hurluberlu s’en sort admirablement bien en jonglant avec brio entre humour pour petits ainsi que son humour plus absurde et propice à un public que l’on qualifiera de grands enfants.

Rien ne va plus à l’approche du réveillon : les 92 000 lutins chargés de fabriquer les cadeaux des enfants tombent tous malades en même temps ! C’est un coup dur pour Santa (Claus), plus connu sous le nom de Père Noël… il n’a pas le choix : il doit se rendre d’urgence sur Terre avec ses rennes pour chercher un remède. À son arrivée, il devra trouver des alliés pour l’aider à sauver la magie de Noël.

Voilà, donc un synopsis qui fait très film de Noël pour enfants du coup mais avec un petite touche « Chabaesque » tout de même dans le contenu final. C’est donc un film familial que nous offre là le réalisateur. Encore plus familial que son précédent long: Sur La Piste Du Marsupilami. Ce qui ne m’emballe pas tant que ça puisque je trouve ses premières réalisations (Didier, Asterix et Obelix: Mission Cléopâtre) bien plus drôles et réussies que ses derniers travaux. Mais bon, Chabat a décidé de se lancer dans des films tous publics et il faut l’accepter. Un contenu pour le coup bien moins absurde et déjanté. De l’humour moins référencé, mais toujours un bon moment quand même.

« Nan mais attendez! Tautou joue ma femme? Vive le cinéma!! »

Le film est tendre, touchant, et a cette capacité à nous donner le sourire tout du long tant il flirte avec un fantastique enfantin à merveille. Et l’on sent surtout (au début, dans l’usine de Santa entre autre) que Chabat a pris de la bouteille à force de collaborer avec moult grands réalisateurs. Côtoyer Dupieux et surtout Gondry (on reconnaît l’univers très Gondry fait de bric et de broc à certains moments du film) a déteint sur lui et le bonhomme a l’art et la manière de filmer avec talent, de mettre en scène avec brio et surtout d’insuffler de la magie ainsi qu’un ton comme on en voit que très rarement dans le cinéma français. Ses multiples « influences » lui permettent de réaliser sans souci une fable merveilleuse où tout fonctionne. Les images sont léchées et la technologie cinématographique est au rendez-vous. Et ça fait plaisir de voir un film français qui assume ses effets spéciaux et les utilise avec pertinence. On est loin des effets ridicules de la majorité des productions françaises. Le réalisateur franchit encore un cap avec ce film donc et excelle de plus en plus dans la manœuvre.

La patte Gondry est ici évidente.

Sinon c’est évidemment drôle; mais pas assez à mon goût. Quelques fulgurances comiques indéniables mais cela reste trop enfantin pour moi. Et ça m’a moins emballé qu’attendu. Avec son humour fonctionnant surtout sur le décalage entre Santa et le monde moderne, , je trouve que le film ronronne quand même trop gentiment…On aurait pua voir quelque chose de plus acide, de plus tonitruant… Le tout s’avérant finalement très classique.

Au rang des acteurs on a droit à un Pio Marmai ainsi qu’à une Audrey Tautou (pour les plus connus) qui assurent le service minimum mais ce avec conviction. A noter que les enfants de cette gentille fable ne sont pas trop tête à claques, donc le film passe encore mieux. Un bon casting pour ce film qui saura satisfaire petits et grands.

Rien de bien fou pour ce film en conclusion si ce n’est que Chabat confirme son talent de réalisateur ainsi que d’acteur et qu’il s’avère être un divertissement tendre pour toute la famille qui vogue astucieusement sur le marché des films de Noël. On aurait souhaité plus d’audace et de folie tout de même dans cette réalisation où Alain Chabat se contente de suivre des sentiers balisés.

Ma note: 7/10.

Laisser un commentaire