SOLO: A STAR WARS STORY (2018)

Second spin-off dédié à Star Wars à sortir sous l’ère du grand méchant Disney après un agréable Rogue One, cet opus paresseusement intitulé Solo s’annonçait sous des augures plutôt sombres après l’éviction des ses deux réalisateurs alors que le projet était bien avancé . Avec Ron Howard annoncé à la réalisation pour sauver les meubles, que donne donc finalement ce film déjà annoncé bien trop tôt comme une catastrophe industrielle?

Et bien nous n’avons pas affaire à une catastrophe mais nous n’en sommes pas loin. En tout cas, disons plutôt, que nous sommes loin du chef d’œuvre. On peut dire qu’à l’échelle d’une licence ayant l’aura qu’à celle de Star Wars; c’est effectivement assez décevant. Ce film ne fera pas date. Et n’a pas grand intérêt.

Pèle-mêle, les acteurs jouent mal. Alden Ehrenreich fait ce qu’il peut mais il ne fait pas illusion. Il n’est pas Solo et il aura beau se démener à faire des mimiques, à cabotiner, à feindre l’arrogance; rien n’y fait. On voit tout sauf Solo dans cette interprétation plus que moyenne. Emilia Clarke traverse le film comme une ombre dans le rôle de la petite amie de notre héros baroudeur. Elle joue mal, comme à son habitude… Et que dire de Woody Harrelson que j’apprécie tout particulièrement comme acteur, qui se contente ici de cachetonner?…

Ouf, je suis un des rare qui s’en sort bien!

Bref, rien de bien folichon niveau acting si ce n’est un Donald Glover qui semble s’amuser en Lando Calrissian mais restant bien loin de faire des étincelles. Mais si ce n’était que ça!!! La photographie est dégueulasse, le montage semble assez approximatif et l’histoire nous présente un enchaînement de personnages assez clichés et peu motivants à suivre… La palme revenant au méchant insipide dénué de tout charisme… Même la robote qui accompagne Harrelson s’avère anecdotique voire pénible dans son exagération de la lutte pour la liberté des robots. Juste fatigante et tellement poussée dans le cliché absolu qu’on a rapidement envie qu’elle ferme sa gueule…

« Et oui, je choisis de moins en moins mes films… »

Les quelques blagues passent moyennement et ne feront pas date et le troisième acte est une catastrophe totale se résumant à une ambiance western du pauvre désamorçant tout le climax et les enjeux que le film essaye péniblement de mettre en place. La fin du film m’a énormément saoulé, honnêtement. Déjà que je trouvais le temps long devant ce film la faute à des dialogues insipides et des aventures ternes…

« Comment ça je suis pas convaincant comme méchant? »

Le pire étant que les scénaristes ont sauté à pieds joints dans le piège tout fait du film en voulant expliquer durant  ces deux heures toutes les références faites par Solo durant la saga de base. Chaque petite allusion que le personnage a pu faire durant la saga d’origine a droit à son explication ici. Même l’origine de son nom (de manière franchement ridicule et ringarde pour un film moderne), même sur le fait que Han shot first » (les fans de la saga comprendront). Démystifiant par là tout le personnage dont l’aura en prend un sacré coup. Le baroudeur perd tout charme et tout mystère, devenant par ce biais un personnage lambda de plus dans la saga. C’est triste…

« Hey Chewie, paraît que tu joues mieux que moi! T’y crois à ça toi? »

Bon, j’avoue qu’il y a quelques scènes agréables. Des moments qui montrent l’univers Star Wars sous un jour intéressant. Mais cela ne suffit pas à sauver le film d’un marasme ambiant évident. De belles musiques avec le retour des chœurs, une ou deux scènes d’action captivantes, des chara-design intéressants, voilà… Puis cette fin qui semble annoncer une suite ou en tout cas lancer de nouvelles pistes narratives pour d’éventuels autres spin-offs…Oh mon dieu, au secours, non!!! Arrêtons là les frais les gars!!!

Un plan typique western…Y’a tout de même un travail sur l’ambiance dans ce film.

Je suis déçu car je n’attendais pas grand chose de ce spin-off qui s ‘avérait totalement inutile sur le papier et je ne pouvais qu’être agréablement surpris. Les scénaristes auraient pu en profiter pour tenter des choses du coup. Hormis une pseudo ambiance western qu’ils ont voulu instiller dans cet univers, on est face à un film bien pauvre et peu ambitieux. Un coup pour rien. Ce serait un film lambda de SF, cela passerait crème, mais dans un univers aussi foisonnant et propice à la débauche d’imagination que celui de Star Wars; cela paraît bien peu…

Ma note: 5,5/10.

2 réflexions au sujet de « SOLO: A STAR WARS STORY (2018) »

Laisser un commentaire