STAR TREK: SANS LIMITES (2016)

Troisième volet du reboot de la saga spatiale culte, ce Star Trek sous titré Sans Limites en France (allez comprendre alors que son sous titre original est Beyond…pourquoi le changer? Pourquoi cette traduction naze?) est un bon gros blockbuster calibré pour nous en mettre plein les mirettes. Libérée de J.J. Abrams à la réalisation parti bosser sur Star Wars 7, la saga voit le réalisateur Justin Lin reprendre ses rênes.
Qu’en est il alors du résultat final de ce troisième opus attendu au tournant après deux épisodes plutôt convaincants?
Et bien je ne sais pas trop quoi dire de ce film. Honnêtement…Je dirai aussitôt vu, aussitôt assimilé, et aussi vite oublié.
Le film n’est foncièrement pas mauvais. Pas du tout même.
Il est un incroyable spectacle de SF avec son lot de scènes impressionnantes. Batailles spatiales. Batailles sur des planètes aux environnements enchanteurs. Races extra-terrestres dépaysantes. Courses poursuites intenses…Bref, il y a dans ce film, tous les ingrédients d’un bon film d’action-aventure SF avec en prime des scènes jouissives à regarder, des idées de mise en scènes pas dégueu du tout et plutôt inventives. J’ai aimé les déplacements de la caméra lors de la course-poursuite dans l’épave de l’USS Enterprise ainsi que les vaisseaux ennemis semblables à un essaim d’abeilles (cela m’a rappelé les déplacements des robots ennemis de la saga Matrix d’ailleurs) et surtout j’ai été scotché par le brio avec lequel les scènes lors de la destruction de l’USS Enterprise sont filmées. C’est un moment bien réalisé, intense et trépidant. Puis les nombreux jeux durant le film avec la gravité lors de la scène finale et même encore et toujours dans l’USS; j’ai trouvé cela intéressant et visuellement très sympa.
Les acteurs sont tous assez bons. Je n’ai pas grand chose à en redire. Chaque personnage à son histoire personnelle (plus ou moins intéressante, il faut bien se l’avouer) qui se déroule devant nos yeux et aboutit en fin de film. Les personnages importants de l’équipage sont assez bien exploités (peut-être trop pour celui joué par Simon Pegg, je vais y revenir) et l’on apprécie les dialogues ainsi que la complicité évidente nouée entre eux. Mention comme à chaque fois plus qu’honorable pour Zachary Quinto qui joue un très convaincant Spock.
Alors pourquoi suis-je si mitigé face à ce film?
Déjà, l’histoire.
Plus bateau que ça, tu meurs. Une nouvelle menace inconnue apparaît. L’équipage est envoyé enquêter. C’est un piège. Ils se retrouvent tous séparés sur une planète hostile. Et ceci amène alors à de multiples pérégrinations afin que chaque groupe se retrouve et puissent ensemble vaincre l’ennemi. Basique.
Malheureusement, en plus de ce scénario simpliste (qui s’il est bien développé peut suffire à faire un film intéressant, entendons nous) les nouveaux personnages sont inintéressants. La fille alien qui s’allie avec nos héros est soit cliché, soit agaçante selon les avis. Personnage anecdotique au background déjà vu et servant juste d’ajout féminin aux côtés de Scotty. parce que bon, à part Uhura qui ne fait pas grand chose dans ce film, la gente féminine est très peu représentée. Puis il y a le méchant. Interprété par Idris Elba. Grand acteur que je trouve très charismatique. Mais là…
Déjà, il n’est pas aidé par la couche de latex qu’il a sur la tronche. Difficile pour lui de nous communiquer ses émotions. Puis les enjeux…Les enjeux quoi…Je n’ai pas vraiment compris qu’elles étaient les intentions du personnage. Ou alors si. J’ai compris ce que voulait faire le méchant mais je trouve cela débile et les raisons invoquées sont nulles. Immatures. Stupides. Enfin, voilà quoi, les enjeux sont nazes et l’objectif du méchant sans grand intérêt. les raisons de sa « méchanceté » étant encore plus ridicules. Dommage pour cet acteur et surtout pour l’intérêt du film.
Une des scènes du film à base de moto-cross/téléportation m’ont conforté dans l’idée que ce film ne se voulait qu’être un blockbuster fun ne cherchant pas à élever le débat. Ajoutez à cela l’agacement provoqué par le personnage de Simon Pegg qui est d’une lourdeur comique abusive. Hey mon gars, t’es pas dans la trilogie Cornetto là. Reprends toi! Comment? Ah pardon, je vois que tu as écrit le scénario. Cela ne m’étonne pas alors que ton personnage ait autant d’importance et de présence à l’écran…J’aime bien et même beaucoup Simon Pegg mais là il a légèrement abusé je trouve.
Après il y a aussi des facilités scénaristiques que l’on ne trouve que dans ce genre de films mais qui m’ont sauté aux yeux de manière trop évidente. Ce qui a gâché mon immersion dans le film j’ai envie de dire. Un personnage qui reçoit une blessure quasi mortelle mais qui après quelques soins à l’arrache est fin prêt pour un trek (y’a qu’au cinéma qu’on se rétablit comme ça) ou alors d’autres personnages qui s’évadent bien trop facilement d’une prison (pareil, au cinéma les gardiens de prison sont très mal organisés et peu attentifs. Dans la réalité, ils pointeraient tous au chomdu).
Puis surtout, je trouve que ce film ne possède pas la substantielle moelle de ce qui caractérise un film Star trek. C’est un gros film hollywoodien de space opéra saupoudré d’explosions, d’humour, de moments épiques et émouvants mais ce n’est pas un Star trek. Pas pour moi en tout cas.
Il n’y a pas derrière cette histoire, une morale très Star-Trekienne. Une relation de l’homme face aux mystères de l’univers. Face aux technologies. Je ne retrouve pas ce je ne sais quoi qui faisait tout l’intérêt du phénomène Star Trek.
Le film est un bon blockbuster, certainement même le meilleur blockbuster de l’année 2016. Bien réalisé, épatant visuellement et boursouflé de scènes d’action; il n’a pas à avoir honte face à la concurrence. Là-dessus, le long métrage a réussi haut la main à s’imposer comme un maître en la matière.
Mais il n’a pas d’âme. Pas de message. Et en étant trop calibré pour cartonner et vendre du pop-corn à la pelle, il perd de son identité et de ses enjeux. Et c’est véritablement dommage pour un film issu d’une telle licence. On ne retient rien. On se laisse juste balader devant un film mené tambour battant.
Pour certains cela suffira; mais pas pour moi qui en attendait plus. Il est, à mon sens, le moins bon de la trilogie.

Ma note: 6,5/10.

5 réflexions au sujet de « STAR TREK: SANS LIMITES (2016) »

          1. Le 1; adoré, pourtant, pas une fan de Star Trek, le 2, avec Benedict Cumberbatch, pas encore vu, le dernier, le 3 (ou c’est déjà le 4 ??), pas encore zieuté, mais faudra que je le fasse.

            Les anciens films, c’était pas super.

Laisser un commentaire