STAR WARS: LES DERNIERS JEDI (2017)

Le voilà enfin arrivé ce nouvel épisode des aventures de la famille Skywalker. Enfin, voici le nouveau Star Wars attendu avec impatience par des millions de fans à travers le monde.
Et après un épisode 7 trop peu aventureux et bien trop respectueux de l’énorme aura qui entoure Star Wars, on était en droit d’espérer plus de ce nouvel épisode d’autant plus qu’il est réalisé par le prometteur et talentueux Rian Johnson (qui a réalisé Looper entre autres mais aussi des épisodes de Breaking Bad).
On attendait qu’il développe plus les personnages mis en avant et introduits dans l’épisode précédent, qu’il se libère du carcan routinier de la saga, qu’il nous en mette plein la vue.
Et c’est peu dire que la mission est réussie sur quasiment tous les points. Rian Johnson dynamite littéralement la saga avec cet épisode étonnant, perturbant qui divisera certainement les fans mais qui ne laissera pas insensible.

Pour ma part, c’est une surprise plutôt agréable.
Je trouve qu’il est l’un ou certainement le Star Wars le mieux réalisé à ce jour. On sent qu’il y a du bonhomme derrière la caméra. La mise en scène arrive à nous maintenir en haleine, il y a plus d’une fois un souffle épique ainsi qu’une sensation de fluidité bienvenue dans le film, certains plans (notamment dans le dernier acte pour la plupart) m’ont filé des frissons, le jeu des couleurs est abouti et offre un rendu superbe ( la planète Crait par exemple est une idée toute simple mais qu’il fallait avoir et qui permet de jolis moments de mise en scène); bref, niveau réalisation, nous sommes face à un blockbuster accompli et impeccable. Pas grand chose à redire sur ce point.
C’est costaud et ça se laisse regarder agréablement.
Grand spectacle et affrontements épiques sont au rendez-vous. Star Wars reste avant tout un divertissement et l’on est divertit avec brio; c’est certain.

Je vais maintenant vous exposer les quelques points qui m’ont déplu sans entrer dans le détail et sans spoiler:
– tout l’arc narratif autour des personnages de Finn et Rose est du remplissage inutile. Cela ne sert à rien hormis à créer une relation forte entre les deux pour la suite et certainement aussi à développer (légèrement hein –‘) les personnages. J’ai vécu cela comme du remplissage surtout quand j’ai découvert que cela n’aboutissait pas à grand chose. Cela permet, certes, de découvrir Canto Bight mais ça s’arrête là.
-l’exploitation de certains personnages introduits dans cette nouvelle trilogie justement. Comme Finn ou encore Phasma (haha, la bonne blague!). On dirait que ces personnages emmerdaient plus les scénaristes qu’autre chose, et que vu qu’il fallait les utiliser, ben on les a exploités comme on pouvait en les insérant maladroitement dans l’histoire.
– le traitement de la trilogie qui découle de ces soucis justement. Est ce que le scénario de la trilogie a été posé de suite dès l’écriture de l’épisode 7 justement? On en doute fort après avoir vu ce film.
On a l’impression que tout a été écrit film par film, à tâtons, et en découlent justement des incohérences, des oublis (volontaires ou pas?), qu’un fan a du mal à laisser passer. Drôle de sentiment en tout cas devant le film. Ce sont certes des détails, mais ce qui fait la cohérence et la force d’une saga c’est justement le fait que tout soit maintenu dans une cohésion exemplaire. Et là, ça part un peu à vau-l’eau. Revenons sur Phasma, personnage déjà naze et inutile dans le 7, elle se rappelle à nous dans ce nouvel opus pour là aussi une présence ridicule ainsi qu’un intérêt plus que limité. Mais alors pourquoi avoir créé ce personnage? Avaient-ils vraiment un plan pour cette nouvelle trilogie dès le départ? J’en doute… Et pour un type comme moi qui suis un psychopathe des univers étendus, de la sacrosainte cohérence et qui tique sur des détails anecdotiques, ben là je l’ai mauvaise!
-le personnage de Del Toro, mal écrit et plutôt mal joué…Et la VF n’arrange rien.
– certains effets spéciaux sont ratés (même si à ce niveau là le film est globalement réussi et très beau) et surtout celui sur le retour surprise d’un personnage historique de la licence qui m’a fait carrément sortir du film.
-l’humour est parfois mal dosé. Il y en a toujours eu dans les Star Wars mais ici la lourdeur de certains gags désamorce la tension instaurée et ce n’est pas très heureux. Mais tout ramener sur un ton léger avec de l’humour très enfantin c’est la marque de fabrique Disney et va bien falloir qu’on s’y fasse bon gré mal gré.
-les Porgs dont la présence relève de la manoeuvre commerciale pure et simple. D’une inutilité abyssale leur présence. Et la redondance de leurs gueules de cons durant le film a fini de m’agacer.

Mais sinon il y a beaucoup de choses positives dans ce huitième opus. Et pas des moindres!

– le Star Wars le plus humain certainement. Celui qui cherche le plus à travailler les démons intérieurs des personnages et celui qui offre le plus de moments de sensiblerie justes et touchants.
-l’évolution de certains personnages comme Dameron ou Kylo Ren. Oui, je sais plein de monde déteste Kylo mais moi je trouve que c’est le protagoniste de la nouvelle trilogie le plus travaillé et je trouvais déjà que c’était le plus intéressant dans le 7. Ici, son évolution est passionnante et logique surtout.
-la relation Rey et Kylo. Bien développée et intéressante.
-le Star Wars le plus sombre aussi. Le manichéisme traditionnel de la saga est plus nuancé dans ce film. Rien n’est noir ou blanc; et il faut dire que le gris donne une âme agréable à ce film.
-Des surprises, plaisantes ou déplaisantes, mais même si la finalité du film est dans l’ordre des choses « star warsiennes » habituelles, l’on ne peut nier que le déroulement de l’histoire se fait sans retournements de situations. Difficile de tout deviner à l’avance.
-Mark Hamill a enfin un rôle consistant et à l’ampleur de son talent. Avec ce Skywalker torturé et en plein doutes il est loin du benêt naïf et tête à claques des précédents Star Wars. Et ça, ça fait bien plaisir.
– Star Wars est ici plus un film de guerre (Wars) comme cela avait déjà été amorcé dans le spin-off « Rogue One ». Cela offre de bonnes scènes et pose un regard nouveau sur la licence.
-le côté guerre ainsi que le côté moins manichéen sont appuyés par une réflexion nouvelle dans la saga. On se questionne sur qui finance la guerre, sur le côté inutile de savoir qui est bon ou mauvais dans une bataille car au final se sont toujours les mêmes qui se nourrissent et fructifient leurs richesses sur les conflits. Bon, c’est assez survolé mais ça contribue à ce côté plus « gris » qu’offre cet épisode et ouvre des perspectives intéressantes. On voit ici que la bataille des rebelles est futile car au final pas grand chose ne change…Sympa de déconstruire ce qui semblait essentiel et vital dans les opus canoniques.
– et justement, ce qui est le plus frappant et agréable dans cet épisode, c’est le grand coup de pied donné dans la fourmilière Star Wars. On a vraiment l’impression que Rian Johnson envoie bouler tout ce qui fait l’essence de la saga. Proposant des idées nouvelles, des façons nouvelles d’intégrer la Force et surtout faisant un gros pied de nez au film précédent. Du genre, cette idée traitée précédemment ou annoncée précédemment me saoule. C’est pas intéressant, je ne veux pas traiter de ça alors j’envoie tout valdinguer.
Cela va rendre fou beaucoup de monde mais c’est assez vivifiant il faut l’admettre. Alors je ne saurai dire si c’est volontaire ou pas mais la démarche est intéressante. Ce film offre de grandes opportunités pour la suite.
Il bouscule les conventions Star wars et du coup l’on adhère ou pas. Moi, ça ne m’a pas plus dérangé que ça tant la saga sentait le rance et la stagnation prudente des réalisateurs n’osant pas explorer des directions nouvelles.

Au final ce Star Wars s’avère, qu’on le veuille ou non, un épisode charnière qui fera date. Un des meilleurs réalisés et l’un des plus ambitieux. Proposant énormément de choses (du bon et du moins bon) mais ayant le courage de ses propos. Cherchant à effacer le passé et à ouvrir une nouvelle page blanche pour la suite. Cela est assez évident en visionnant le film que la volonté du réalisateur est de laisser le passé au passé et d’aller de l’avant. Finie la stagnation, le regard nostalgique vers des valeurs du passé; maintenant il faut foncer et tenter des choses nouvelles. Voilà le propos du film.
C’est en tout cas un divertissement efficace et un blockbuster rondement mené que ce nouvel opus.

Ma note: 8/10.

9 réflexions au sujet de « STAR WARS: LES DERNIERS JEDI (2017) »

  1. Alors là, figure-toi qu’en sortant du cinoche, j’avais détesté et depuis quelques jours, je suis en train de digérer la chose et je trouve également à ce film des tas de points positifs malgré un scénar qui… comment dire?… 🙂 S’est perdu en route. 🙂 Ma chronique s’est ressentie de cette impression et de ma frustration du moment, malgré les quelques moments de grâce du film, et au fond, je suis rassurée que d’autres ne se soient pas laissé gâcher le plaisir par ce storytelling bordélique à souhait.

    Depuis l’Épisode VII, je suis moi aussi fascinée par le personnage de Kylo Ren, qui pour la première fois dans « Star Wars » introduit un antagoniste à la personnalité plus travaillée, fragile mais aussi parfois très attachante – et c’est la première fois dans tout « Star Wars », une saga que pourtant j’adore, qu’un personnage m’émeut de la sorte, car il dégage quelque chose de véritablement puissant à l’écran. J’ai hâte de savoir ce que ça va donner dans l’Épisode IX, en particulier cette relation de fascination-presqu’affection-haine entre Rey et son ennemi, et j’espère sincèrement que le scénario tiendra la route, car ce serait dommage de rétamer Kylo sur un fond merdique! 😉

    Merci pour ta chronique! Très bonne soirée à toi.

  2. Un peu déçue pour ma part, j’ai trouvé l’histoire assez légère et cela manquait du « souffle épique star wars » pour moi. Après ça reste visuellement bien fait.

    1. J’ai retrouvé le souffle épique par bribes. Après, il faut dire que les Star Wars m’ont au final très peu transcendés niveau épique après les avoir tous revus. Les souvenirs que j’en avais de mon enfance m’ont biaisés par rapport à la réalité lol.

  3. Je me retrouve beaucoup dans ta chronique. Oui il a des défauts (que tu as su souligner) mais l’ensemble reste tout de même épatant. Ce film est mal-aimé mais je suis certaine qu’on s’en souviendra !

  4. Ça fait plaisir de lire un avis positif sur ce film ! On est en accord sur à peu près tous les points, autant les positifs que les négatifs. Son soucis est justement d’osciller entre de belles fulgurances et des maladresses, qui nous laissent un peu perplexes à la sortie de la salle. Comme tu dis c’est un film qui ose, qui tente des choses et qui les réussit pour la plupart. Hélas notre époque et l’aspect mythique des films de la trilogie originale, les rendant intouchables aux yeux de certains fans extrémistes parfois trop aigris et expéditifs, font de ce film un des plus controversés de la saga. Ce n’est pas facile de réaliser un film qui doit suivre un épisode et en introduire un autre, mais Johnson s’est bien débrouillé en dépit du fait que le VII a été réalisé sans réelle vision globale concernant cette nouvelle trilogie. J’adore le personnage de Kylo Ren et je suis impatient de découvrir la suite !

Laisser un commentaire