The Mist – Saison 1 (2017)

Après avoir péniblement fini cette saison une, j’apprends que le show est annulé…Non mais qui ça étonne?
Tant cette série adaptée (très librement) du livre de Stephen King est une catastrophe?
Bref, The Mist nous présente plusieurs personnages d’une petite ville se retrouvant piégés dans des lieux divers (hôpital, supermarché, église…) après qu’une étrange brume se soit propagée partout dans leur lieu de vie. Pourquoi me direz vous?
Ce n’est qu’une brume!
Ben non, pas que… Car à l’intérieur de cette brume semblent vivre d’étranges bestioles appréciant tout particulièrement le goût de la chair humaine ainsi que d’autres choses plus ou moins étranges et/ou compréhensibles. Donc, tous aux abris!!
Et cela vaut aussi pour le téléspectateur!

Par où commencer?

Les acteurs sont très peu crédibles, peu charismatiques et certains jouent vraiment très mal.
Ils ne sont pas aidés non plus par l’écriture de leurs personnages qui confine à la paresse et qui aime se complaire dans les clichés les plus éculés à tel pont qu’on a l’impression que la série a 20 ans de retard dans l’écriture. Vous ne trouverez aucune subtilité chez les personnages. Le gay qui se la joue émo le fait pour se protéger, la brute qui le martyrise le fait car elle est secrètement en kiff sur lui…
Sans oublier le mec musulman dont tout le monde se méfie forcément et le prêtre totalement fermé dans ses principes religieux accompagné du traditionnel disciple benêt qui gobe aveuglément tout ce qu’il dit (et p’têt même qu’il ne gobe pas que les paroles dudit prêtre, mais arrêtons nous là…).
Bien évidemment, pas ou très peu d’évolution de caractère chez les personnages au fil des épisodes…Ce serait trop demander…
L’histoire quant à elle évolue très peu et nous ennuie assez vite. On s’isole dans un endroit que l’on fuit avant de passer à un autre tout en prenant bien soin de foncer dans tous les clichés du lieu auxquels on pourrait s’attendre dans ce genre de série. Donc dans l’aile psychiatrique nos survivants s’enferment avec un fou, dans l’hôpital y’a forcément un médecin barge excentrique qui veut tenter des expériences totalement débiles…Tout cela histoire de rallonger la durée de vie d’une série qui ne sait déjà pas comment se raconter avec son idée de départ.
Car partant d’un livre peuplé de monstres « lovecraftiens » à l’intérieur de la brume ils ont décidé de rajouter des fantômes du passé, des délires psychotropes et autres joyeusetés invraisemblables dans cette brume. On n’y comprend alors plus rien tant la brume abrite des choses diverses et variées. Le tout n’ayant pas grand intérêt si ce n’est de développer le passé qui hante certains de nos personnages par le biais de scènes « what the fuck » dans la brume.
C’es chiant et très mal amené car on se fiche des belligérants du show tant leurs réactions sont stupides.
Que faire lorsqu’on est enfermé dans un hôpital menacé par une brume tueuse? En profiter pour se faire une cure de désintox pépère! Evidemment, c’est le moment et c’est la préoccupation première qui nous vient à l’esprit! Et ça ce n’est rien comparé au reste!
Puis cette histoire de viol supposé tellement naze et tellement mal gérée par les personnages qui y sont liés (non mais qui croit aux réactions de la mère et de sa fille supposément violée lorsqu’elles sont dans le supermarché avec le violeur???). Que c’est nul! Puis l’autre gamine avec son éternelle tête de victime on a juste envie de la baffer! Elle est tellement conne! Et sa mère pas mieux!
Tout est nul là-dedans, pue le cliché et ne donne pas envie de passer à l’épisode suivant car  l’on se demande ce que les scénaristes vont encore inventer pour rallonger l’intrigue inutilement et de manière très maladroite…
Mais ce show horrifique au rabais est déjà fini. 
Préférez amplement vous pencher sur l’excellent film de Darabont inspiré du roman.
Grand ouf de soulagement!

Ma note: 3/10.

3 réflexions au sujet de « The Mist – Saison 1 (2017) »

Laisser un commentaire