THE PUNISHER -SAISON 1(2017)

Dernière série super héroïque en date sortie sur la plateforme Netflix, The Punisher a bien intérêt à frapper fort histoire de rehausser le niveau des dernières productions Marvel issues de la plateforme en ligne. Car il faut avouer qu’Iron Fist et The Defenders étaient loin d’être des chef d’œuvres.
Il faut aussi avouer que Franck Castle (le véritable nom du Punisher) était une grande satisfaction de la saison 2 de Daredevil.
Surtout grâce à l’acteur l’interprétant: Jon Bernthal.
Gueule cassée idéale pour le rôle avec son aspect brut de décoffrage, l’acteur a endossé le costume du personnage avec brio et a offert une interprétation habitée oscillant entre la rage sourde et la sensibilité à fleur de peau.
Parfait casting quoi!

C’est donc sans bouder mon plaisir que j’ai regardé cette série enfin dédiée au personnage emblématique de la maison des idées. Série qui s’annonçait bien violente et gore (du moins, je l’espérais) en parfaite adéquation avec la bande dessinée.

Et….tadaaaaammm!!!! Ce fut le cas!
On sait déjà que les série Marvel sur Netflix sont plus sombres et plus matures que les films dédiés à leurs super héros mais ici avec le Punisher on franchit un cap.
Et c’est exactement ce qu’il fallait pour le personnage!
Âmes sensibles s’abstenir.

Car dans cette série la violence n’est pas hors champ. Les impacts de balles dans le crâne, les gerbes de sang, les tortures, les membres cassés; tout est explicitement montré.
Tout est brutal, sans concessions; comme notre cher Franck Castle toujours aussi décidé à se venger et à débarrasser notre monde de la vermine.
Dès le premier épisode le ton est donné.
Et, ce que c’est cool d’avoir enfin un Punisher pas édulcoré bien bad-ass comme il faut!
Oh oui, douce satisfaction!!!!

Après, on évite malheureusement pas les écueils typiques à ce genre de série…
Parfois ça tire en longueur (mais cela se ressent moins que devant les plus insupportables du genre), certaines storylines sont inintéressantes et font office de remplissage…
Mais, ô, miracle, je trouve que le Punisher s’en sort plutôt bien sur toute la durée de la saison. La série arrive à passer entre les balles (nyark, nyark) et s’en sort plutôt correctement jusqu’à la fin.
Ponctuée de quelques épisodes vraiment intéressants à regarder et rondement menés.
A noter, un personnage féminin, Dinah Madani, ayant enfin un peu plus de consistance qu’à l’accoutumée et un méchant de service, Billy Russo, ayant aussi un peu plus de relief que d’habitude.

Ce n’est donc pas une série excellente qui m’a scotché et dont j’attends la saison suivante en trépignant mais cela reste satisfaisant et montre que Marvel devrait un peu plus pousser dans des registres différents/difficiles commercialement parlant car ça peut donner de la consistance à leurs matériaux.
Certaines scènes de gunfights sont anthologiques, Castle y est charismatique et increvable à un point impressionnant et ça se laisse regarder agréablement.
Après, dommage que la réalisation n’essaye pas d’offrir des angles de vue ou des choses plus artistiques je dirai. Cela reste très académique.

La musique se démarque un peu pour une fois, Tyler Bates faisant un travail qui correspond pas mal au personnage (et je ne dis pas ça car il est le compositeur de Marilyn Manson!) et certaines idées de scénario s’avèrent vraiment intelligentes et surprenantes. A contrario de certaines qui s’engouffrent parfois trop aisément dans le cliché…

Cela reste une série plutôt de bonne facture mais ne lorgnant pas encore du côté des maîtres étalons du genre.

Ma note: 7/10.

2 réflexions au sujet de « THE PUNISHER -SAISON 1(2017) »

Laisser un commentaire